FANDOM


Yôji Yamada ( japonais 山田洋次, Yamada Yôji), scénariste et réalisateur japonais né le 13 septembre 1931 à Osaka au Japon.

Biographie et œuvreModifier

Yôji Yamada est né à Osaka, mais à cause du travail de son père, qui était un ingénieur pour la Mandchourie South Railway, il a été élevé en Mandchourie occupée dès l'âge de 2 ans. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est revenu au Japon et par la suite il a vécu dans la préfecture de Yamagata.

Après avoir reçu son diplôme de l'Université de Tokyo en 1954, il est entré à la Shochiku et a travaillé comme scénariste ou comme assistant réalisateur. Il a écrit son premier scénario en 1958, et réalise son premier film en 1961. Il est resté toute sa carrière en contrat avec la Shôchiku

Tous les Japonais connaissent la série Otoko wa tsurai yo (男はつらいよ, « C'est dur d'être un homme »)

La série compte 48 films, a commencé en 1969 et s'est terminée en 1995. Tous les films, à l'exception du troisième et du quatrième opus, ont été réalisés par Yôji Yamada. Le rôle de Torajirō Kuruma (車 寅次郎), Tora-san, a été joué dans tous les films par Kiyoshi Atsumi, sa mort en 1996 provoquant la fin de la série.

Presque tous les films ont la même histoire : Tora-San, un marchand ambulant, arrive dans une ville perdue pour vendre sa marchandise. Il rencontre une femme du coin, souvent une demoiselle en détresse, et lui demande de le trouver si jamais elle vient à Tokyo. Il rentre ensuite chez lui à Shibamata, et se heurte à sa famille. La demoiselle vient visiter Tora-san et il tombe amoureux d'elle. Cependant, malgré ses efforts pour la séduire, elle finit avec un autre homme, ce qui lui brise le cœur. Les rôles féminins sont tenus à chaque film par une actrice différente.

À l'étranger, il s'est surtout fait remarquer pour ses trois seuls films de samouraï,(jidaigeki comme on dit au Japon), tournés au début des années 2000. Le Samouraï du crépuscule (Tasogare seibei, 2002), nommé aux Oscars avec Hiroyuki Sanada et Rie Miyazawa, La Servante et le samouraï (Ka-tsushiken : oni no tsume, 2004) avec Masatoshi Nagase et Bushi no ickibun (Love and Honor, 2006) avec Takuya Kimura. Un comble pour un réalisateur qui a surtout ancré son œuvre dans la société contemporaine. Toutefois, ces trois longs-métrages mettent en valeur encore son désir de se concentrer sur les petites gens. Pas question de héros, Yamada s'intéresse aux sabreurs de basse extraction obligés de prendre les armes pour défendre leur honneur.

FilmographieModifier

  • 1961 : L'Étranger du premier étage (Nikai no Tanin)
  • 1964 : Fou à lier (Baka marudashi)
  • 1964 : Baka ga tanku de yatte kuru
  • 1966 : Le Vagabond nostalgique (Natsukashii furaibo)
  • 1966 : Un ga yokerya
  • 1967 : Hymne à l'amour ( 愛の賛歌 Ai no sanka), inspiré par Marcel Pagnol, couvrant le scénario des films Marius et Fanny, transpose le drame dans une petite île de la mer intérieure de Seto où les amoureux sont séparés par l'immigration vers le Brésil
  • 1968 : Ippatsu daiboken
  • 1968 : Fukeba tobuyona otokodaga
  • 1969 : C'est dur d'être un homme (Otoko wa tsurai yo)
  • 1969 : Zoku otoko wa tsurai yo
  • 1970 : Otoko wa tsurai yo: Boukyou hen
  • 1970 : Kazoku
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Junjo hen
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Funto hen
  • 1971 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro koiuta
  • 1972 : Kokyô
  • 1972 : Otoko wa tsurai yo: Shibamata bojo
  • 1972 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro yumemakura
  • 1973 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro wasurenagusa
  • 1973 : Otoko wa tsurai yo: Watashi no tora-san
  • 1974 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro koiyatsure
  • 1974 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro komoriuta
  • 1975 : Harakara
  • 1975 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro aiaigasa
  • 1975 : Otoko wa tsurai yo: Katsushika risshihen
  • 1976 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro yuuyake koyake
  • 1976 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro junjoshishu
  • 1977 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro to tonosama
  • 1977 : Les mouchoirs jaunes du bonheur (Shiawase no kiiroi hankachi)
  • 1977 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro gambare!
  • 1978 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro wagamichi wo yuku
  • 1978 : Otoko wa tsurai yo: Uwasa no torajiro
  • 1979 : Otoko wa tsurai yo: Tonderu torajiro
  • 1979 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro haru no yume
  • 1980 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro haibisukasu no hana
  • 1980 : L'Écho de la montagne (Haruka naru yama no yobigoe)
  • 1980 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro kamome uta
  • 1981 : Otoko wa tsurai yo: Naniwa no koino torajiro
  • 1981 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro kamifusen
  • 1982 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro ajisai no koi
  • 1982 : Otoko wa tsurai yo: Hana mo arashi mo Torajiro
  • 1983 : Otoko wa tsurai yo: Tabi to onna to Torajiro
  • 1983 : Otoko wa tsurai yo: Kuchibue wo fuku Torajiro
  • 1984 : Otoko wa tsurai yo: Yogiri ni musebu torajiro
  • 1984 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro shinjitsu ichiro
  • 1985 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro renaijuku
  • 1985 : Otoko wa tsurai yo: Shibamata yori ai wo komete
  • 1986 : Kinema no tenchi
  • 1986 : Otoko wa tsurai yo: Shiawase no aoi tori
  • 1987 : Otoko wa tsurai yo: Shiretoko bojo
  • 1987 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro monogatari
  • 1988 : Dauntaun hirozu
  • 1988 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro sarada kinenbi
  • 1989 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro kokoro no tabiji
  • 1989 : Otoko wa tsurai yo: Boku no ojisan
  • 1990 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro no kyuujitsu
  • 1991 : Musuko
  • 1991 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro no kokuhaku
  • 1992 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro no seishun
  • 1993 : Gakko
  • 1993 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro no endan
  • 1994 : Otoko wa tsurai yo: Haikei, Kuruma Torajiro sama
  • 1995 : Otoko wa tsurai yo: Torajiro kurenai no hana
  • 1996 : Gakko II
  • 1996 : Niji o tsukamu otoko
  • 1998 : Gakko III
  • 2000 : 15-Sai: Gakko IV
  • 2002 : Le Samouraï du crépuscule (Tasogare Seibei)
  • 2004 : La Servante et le Samouraï (Kakushi ken oni no tsume)
  • 2006 : Bushi no ichibun (Amour et honneur)
  • 2008 : Kabei: Our Mother
  • 2010 : Otōto
  • 2013 : Tokyo Kazoku
  • 2014 : La Maison au toit rouge (Chiisai o-uchi)
  • 2015 : Haha to kuraseba
  • 2016 : C'est dur d'être une famille ( Kazoku wa tsuraiyo )

RécompensesModifier

Ses films ont remporté le prix du meilleur film aux Oscars japonais quatre fois:

  • 1977 The Yellow Handkerchief
  • 1991 My Sons
  • 1993 Une classe pour souvenir
  • 2002 Le Samouraï du crépuscule
  • Lion d'or de Venise : 1 nomination
  • Ours d'or de Berlin : 5 nominations


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Yôji Yamada sur sa fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard