FANDOM


The Servant est un film anglais, réalisé en 1963 par Joseph Losey

SynopsisModifier

Tony, un jeune et séduisant aristocrate britannique qui vient d'emménager dans un coquet appartement londonien, prend à son service un valet de chambre, Barrett. Ce dernier, discret, compétent, stylé, entoure son maître de prévenances. mais cette correction cache une perversité diabolique, qui va se révéler peu à peu.

Il persuade Tony d'engager comme bonne à tout faire sa soeur Vera, en réalité sa maîtresse. Le jeune homme accepte et ne tarde pas à succomber au charme vénéneux du couple, négligeant sa fiancée Susan et se laissant bientôt complètement asservir. L'alcool, la drogue, le vice vont le transformer en épave, à l'entière dévotion de ses bourreaux.

CritiqueModifier

Comme presque tous les films de Joseph Losey, celui-ci conte l'histoire d'un échec et d'une destruction humaine. il le fait en des termes d'une élégance raffinée.

Harold Pinter a su relever dans l’œuvre de Robin Maugham tout le caractère subversif qui s’en dégage. Il y avait là matière à écrire un film sur la manipulation, sur le monde du dedans et le monde du dehors, sur la fragile frontière entre l’illusion de la sécurité domestique et le caractère humain de la domesticité anglaise, dès qu’elle se trouve à bonne distance d’un regard « du dessus », qui n’est pas sans rappeler l’esclavage. Ainsi, les rapports de force tendent à s’inverser à mesure que l’humanité si parfaitement dissimulée des protagonistes laisse place à une sexualité débridée et apparemment sans limite, aussi bien physique que morale.

Cette constante opposition entre ces deux mondes dépendant l’un de l’autre, les aristocrates ont besoin des domestiques pour les servir, et les domestiques ont besoin des aristocrates pour leur permettre de survivre, est très habilement soulignée par la mise en scène de Joseph Losey, ainsi qu’un travail formidable de Douglas Slocombe, directeur de la photographie, qui gratifie le film d’un noir et blanc impeccable et agrémente de nombreuses séquences de ses jeux d’ombres et de miroirs.

Le thème de l’apparence, symbolisé par le personnage de domestique modèle de Barrett, sans cesse en représentation de lui-même opère comme une mise en abyme sur le principe même de la comédie.

La performance de Dirk Bogarde est magistrale, tantôt impénétrable, tantôt assailli par une foule d’émotions, sans pour autant laisser au spectateur la possibilité d’en cerner une seule avec certitude. Ce jeu souvent déstabilisant, parfois même inquiétant, en ferait presque oublier le travail très discret mais efficace de Losey sur ses personnages, comme par exemple cette caméra toujours en avance sur le récit, et qui s’écarte à mesure que s’approchent les personnages.

Distribution Modifier

Fiche technique Modifier

  • Titre : The Servant
  • Réalisation : Joseph Losey
  • Scénario : Harold Pinter, d'après le roman de Robin Maugham
  • Producteur : Joseph Losey
  • Musique originale : John Dankworth
  • Directeur de la photographie : Douglas Slocombe
  • Monteur : Reginald Mills
  • Distribution : Les Acacias
  • Pays d'origine : Grande-Bretagne
  • Format : noir et blanc
  • Durée : 112 minutes
  • Date de sortie : novembre 1963 (UK) ; 10 avril 1964 (France)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard