FANDOM


The Big Lebowski est un film américain réalisé par Joel Coen, sorti en 1998. C'est le 7e film des Frères Coen. Malgré son succès relatif en salles, The Big Lebowski est devenu un film culte grâce a ses personnages atypiques et son ambiance originale.

Synopsis Modifier

Jeffrey Lebowski dit Le Duc (The Dude en V.O., ce qui signifie le gars, en anglais) est un fainéant (dans le sens de l'anglais slacker) passant son temps à jouer au bowling avec ses amis Walter Sobchak (un vétéran du Vietnam d'origine polonaise et catholique converti au judaïsme par son ex femme) et Donny. Mais un jour, deux voyous débarquent chez lui, le menacent, le somment de rendre l'argent que sa femme doit à Jackie Treehorn, et surtout urinent sur son tapis. Le seul ennui, c'est que Jeff n'a pas de femme et a été confondu avec un autre Lebowski, qui lui est milliardaire. Le Duc décide donc d'aller voir le riche Lebowski pour se faire dédommager, et met ainsi le doigt dans un engrenage qui le mènera de péripétie en péripétie...

Après Fargo, thriller stylisé sur fond de neige au pays des ploucs, les frères Coen ont trimbalé leur Barnum sous le soleil poisseux d'une Californie désenchantée. Leur jubilation narquoise éclate dès qu'entrent en scène Jeff Lebowski, alias le Dude, semi-clodo à bedaine, bermuda et barbe à poux, créchant dans un bungalow, et ses deux acolytes, Pieds Nickelés genre Beach Boys sur le retour. Le moindre détail de leur panoplie témoigne d'une pratique affectueuse de la caricature. Cette pâte humaine bien sentie fait que la profusion des accessoires bizarres et des rebondissements rocambolesques passe comme une lettre à la poste. Au fil d'une intrigue traitée avec une décontraction contagieuse, on ne s'étonnera donc de rien : ni de Julianne Moore faisant de l'action painting accrochée, nue, à un téléphérique de salon ; ni de Steve Buscemi confondant Lénine et Lennon ; ni de John Turturro, alias Jesus, frimant au bowling en combinaison fuchsia moulante...

Curieusement, le côté foire du Trône de toute l'affaire n'entame jamais la profonde humanité des personnages. Aux basques d'un trio de glandeurs emmené par un Jeff Bridges empâté comme il faut, les Coen pouffent comme des col­légiens. Ça débloque de partout, mais, selon leur recette habituelle, avec une précision d'horloger suisse et un sens aiguisé du détail qui tue.

Fiche technique Modifier

Distribution Modifier

Autour du film Modifier

  • La chanson "My Mood Swings" a été composée par Elvis Costello, et Dead Flowers est une chanson des Rolling Stones magnifiquement reprise par Townes Van Zandt.
  • Dans la version originale, le surnom de Jeff Lebowski est The Dude qui serait traduisible par le Gars de manière familière et nonchalante. Le choix de la traduction s'est portée en français sur le Duc par homophonie et ironie.
  • Certaines chansons du film sont du groupe Creedence Clearwater Revival : par exemple Run Through The Jungle et Lookin'Out My Back Door ; car Jeffrey Lebowski est un fan des Creedence !
  • Le groupe Autobahn, soi-disant un groupe de "techno-pop" fondé par les nihilistes allemands du film existe presque en vrai... En effet, Autobahn est le titre d'un album du groupe Kraftwerk (sorti en 1974), un groupe de musiciens allemands considérés comme précurseurs de la techno et de la musique électronique actuelle... De plus le graphisme de la pochette du vinyle qui apparaît dans le film est inspiré de la pochette d'un autre album du même groupe, Die Mensch-Machine (1977), où les membres du groupe sont photographiés portant une chemise rouge et une cravate noire, comme sur la pochette du faux vinyle du film ! Mais Kraftwerk ne compte pas d'anciens acteurs de pornos ni de nihilistes parmi ses rangs...
  • Un des nihilistes est interprété par Flea, bassiste des Red Hot Chili Peppers.
  • La scène où Bunny Lebowski se met du rouge à ongles au bord de sa piscine est une référence au film Lolita de Stanley Kubrick.
  • La boisson favorite du Dude est le white russian, cocktail a base de vodka, de liqueur de café, et de lait.
  • Au-dessus de son bar, dans son appartement, on peut apercevoir un poster de Richard Nixon jouant au bowling.
  • Jerry Haleva, qui joue ici Saddam Hussein avait déjà tenu ce même rôle dans les films parodiques de Jim Abrahams Hot Shots! (1991) et Hot Shots! 2 (1993).


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard