Fandom

Film Wiki

Tabou (Gohatto)

2 868pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Tabou ( Gohatto 御法度 en japonais), est un film japonais (et français, britannique) réalisé par Nagisa Oshima, sorti en 1999.

Synopsis Modifier

Le film débute à Kyoto en 1865. Alors que le Japon commence à s'ouvrir vers le Monde, le Shogunat vit ses dernières heures. Bientôt, l'Empire sera restauré. Une école de samouraïs organisée en milice, le Shinsengumi, recrute.

Un magnifique androgyne fait son entrée dans cette académie de samouraïs. Cette arrivée suscite un tel engouement chez les autres hommes qu'elle donne lieu à des crimes, des suspicions et des meurtres. Le film traite de la vie dans une académie de samouraïs à la fin du XIXe siècle et, plus précisément, de la question de l'homosexualité dans le milieu relativement fermé de cette académie.

Tashiro tombe sérieusement amoureux de lui mais c'est un autre qui le possèdera charnellement. Le capitaine Hijikata (Beat Takeshi) observe tout ça d'un œil curieux, intéressé et parfois ironique. Mais le Shinsengumi se trouve plongé en eaux troubles lorsque plusieurs de ses membres sont retrouvés assassinés.

CritiqueModifier

Ce n'est pas une version gay de L'Empire des sens du même réalisateur. Si la passion, le sexe et la mort sont bien au rendez-vous, les images montrées ne scandaliseront personne.

Le réalisateur japonais n'a rien perdu de son talent de "peintre". Les images, très léchées, sont superbes, pas un poil ne dépasse du cadre. Tout le film baigne dans une très grande froideur esthétique, souvent à la limite de l'abstraction. Le traitement formel de l'histoire correspond bien au code étroit, dépouillé, sévère de l'ordre des samouraïs et à ce niveau on ne peut qu'approuver Oshima dans son choix. L'insertion d'intertitres, à la manière des films muets, apporte presque une note d'humour. Ainsi celui qui prévient le spectateur: "On doit compatir avec Tashiro" ou bien "Il (Kano) garde sa frange, une provocation pour des hommes sensibles à son charme"...

Le tournage en studio est visible et Oshima en joue volontairement, y compris et surtout lors de la scène finale censée se passer à l'extérieur. Le brouillard, les marais, les silhouettes des arbres, les couleurs, la mort qui rôde, tout renvoie à de nombreux films de fantômes japonais. La manière dont Kano s'évanouit littéralement de la pellicule, comme dissous par le brouillard avec qui il se confond alors qu'il s'éloigne à la fin de la scène accentue encore cet effet, l'un des plus beaux du film. Cet aspect fantomatique plane tout au long du film par le biais de ce personnage. Son visage, très blanc, véritable masque de Nô, ne reflète aucune émotion, presque aucune vie. Son regard ne cille jamais et semble éteint, sa démarche même est raide et mécanique. On peut alors se poser la question: Kano existe-t-il vraiment ou n'est-il pas en quelque sorte le fantasme absolu de ces hommes, celui qui vient les hanter et, tel un ange exterminateur, les détruire par le pouvoir de sa seule beauté ? Destruction du Shinsengumi et de là du Shogunat...

Dans ses interviews, Oshima affirme avoir tourné ce film pour "dénoncer la tentation fasciste inhérente à la société japonaise". Le spectateur occidental non-spécialiste de la civilisation nippone ne fera peut-être pas forcément le rapprochement mais rapporté à un cinéaste aussi politique que l'a toujours été Oshima, grand pourfendeur de la société nippone et de son conservatisme, il ne surprendra pas !

Ce que ce spectateur comprendra en revanche est l'effet dévastateur produit par l'introduction d'un corps étranger dans un groupe fermé et aux principes rigides. La beauté et la féminité de Kano, sa frange ou son costume blanc, les autres samouraïs étant vêtus de noir, illustrent bien cette différence.

Les personnages ne sont pas approfondis sur le plan psychologique et restent tous des mystères. En tout premier Kano dont les motivations semblent aussi lisses que le visage. Nul ne connaîtra les raisons profondes de son engagement dans le Shinsengumi à seulement 18 ans ("Pour avoir le droit de tuer" affirme-t-il) ou ce qui se cache derrière son explication à vouloir garder sa frange encore enfantine ("J'ai fait un vœu"). Le mystère et la pureté de ce visage fascinent ses camarades car chacun peut y lire ses désirs et phantasmes personnels. Même lorsque, juste après son acceptation au sein du Shinsengumi, il est chargé de décapiter un homme, il ne montre pas la moindre émotion et s'acquitte parfaitement de sa tâche.

Il ne faut pas chercher trace de réalisme (hors le son très particulier des entraînements de kendo que Oshima a tenu à rendre au plus près) ou guère de reconstitution historique dans ce film (même les uniformes de la milice ont viré au noir esthétique et symbolique). La beauté du film donne corps, un corps purement cinématographique, au thème même du film: la beauté destructrice. Oshima déploie toute sa grâce dans un superbe dernier plan. Pour exprimer sa rage et son impuissance, le capitaine Hijikata tranche d'un coup de sabre bien ajusté un cerisier en fleurs. La beauté de l'image alliée à son sens parabolique restera dans la mémoire du spectateur.

Ajoutons la solidité de l'interprétation avec une mention spéciale pour Beat Takeshi (Kitano), d'une sobriété toujours exemplaire seulement traversée parfois d'un éclair d'humour. Lui aussi possède un visage/masque, effet renforcé par la demi-paralysie faciale dont l'acteur-réalisateur souffre depuis un grave accident de moto. L'impassibilité extraordinaire de ce visage parfois secoué d'un tic ou d'un rire aussi bref qu'inattendu marque ce film et en est comme le point d'ancrage.

DistributionModifier

  • Takeshi Kitano  : Capitaine Toshizo Hijikata
  • Ryuhei Matsuda : Samurai Sozaburo Kano
  • Shinji Takeda : Lieutenant Soji Okita
  • Tadanobu Asano : Samurai Hyozo Tashiro
  • Koji Matoba : Samurai Heibei Sugano
  • Masa Tommies : Inspecteur Jo Yamazaki
  • Masatô Ibu : Officier Koshitaro Ito
  • Uno Kanda : Geisha Nishikigi-Dayû
  • Kazuko Yoshiyuki : serviteur Omatsu
  • Tomorowo Taguchi : Samurai Tojiro Yuzawa
  • Yoichi Sai : CommandantIsami Kondo
  • Jiro Sakagami : Lieutenant Genzaburo Inoue
  • Zakoba Katsura : Wachigaiya
  • Kei Sato : narrateur (voix)

Fiche techniqueModifier

  • Réalisateur: Nagisa Oshima
  • Scénario : Nagisa Oshima et Ryotaro Shiba (son roman: Maegami No Sozaburo)
  • Musique originale : Ryuichi Sakamoto
  • Image : Toyomichi Kurita
  • Montage: Tomoyo Oshima
  • Durée: 104 minutes
  • Dates de sortie
    • Japon 18 décembre 1999
    • France 15 mai 2000

Lien externeModifier


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard