FANDOM


Hossein marigny

Robert Hossein devant son théâtre, en janvier 2007.

Robert Hossein, de son vrai nom Robert Hosseinhoff, est un acteur, metteur en scène, réalisateur, dialoguiste, et scénariste français, né le 30 décembre 1927 à Paris.

BiographieModifier

Fils d'un compositeur iranien, André Hossein, et d'une comédienne native de Kiev (Ukraine), Robert Hossein suit très tôt des cours de théâtre, auprès notamment de René Simon et de Tania Balachova. Il obtient son premier succès d'estime à 19 ans, avec un rôle dans la pièce Les voyous. Il se dirige un temps vers la mise en scène, avec notamment Docteur Jekyll et Mister Hyde, La Chair de l'orchidée d'après James Hadley Chase, ou bien encore L'Homme traqué, d'après Francis Carco. Il débute sa carrière cinématographique en 1948 dans Le Diable boiteux, de Sacha Guitry, où il tient un petit rôle de figuration. Sa carrière s'accélère avec le film de Jules Dassin, Du rififi chez les hommes. Il donne la réplique à Brigitte Bardot, dans Le Repos du guerrier, et à Sophia Loren, dans Madame sans gêne.

En 1955, il réalise son premier film, Les Salauds vont en enfer, dont il est également metteur en scène et acteur. Après Pardonnez nos offenses, qu'il réalise en 1956, et Toi le venin. En 1959, le voilà en héros romantique, incarnant Jeoffrey de Peyrac, dans Angélique Marquise des Anges, et dans un registre plus intimiste, La musica, de Marguerite Duras, en 1967. En 1968, il retrouve Michèle Mercier, sa partenaire d’Angélique, pour Une corde, un colt, western français qu'il réalise et interprète.

Il prend en charge en 1970 la Maison de la Culture de Reims, expérimentant un théâtre traité comme un véritable spectacle cinématographique. À son retour à Paris, Il se lance dans une série de grands spectacles au Palais des Sports et du Palais des congrès de Paris, où le public est invité à prendre parti : Le Cuirassé Potemkine, Notre-Dame de Paris, ou bien encore Danton et Robespierre. La comédie musicale Les Misérables connaît un grand succès, et est reprise à Broadway.

Il a multiplié entre temps les apparitions au cinéma, notamment dans Le Casse, d'Henri Verneuil, en 1971, Les Uns et les Autres, de Claude Lelouch, en 1973 en prêtre et amant de Claude Jade dans l'émouvant Prêtres interdits de Denys de La Patellière, en 1981, ou encore Vénus beauté (institut), de Tonie Marshall, en 1999..

Il a été marié à Marina Vlady, Caroline Eliacheff, fille de Françoise Giroud, puis Candice Patou. Depuis 2000, il dirige le théâtre Marigny.

En 2007, il présente une pièce intitulée N'ayez pas peur sur la vie de Jean-Paul II. À l'âge de quarante ans, il s'est fait baptiser dans la religion catholique. Il voue une dévotion toute particulière à Sainte Thérèse de Lisieux.


FilmographieModifier

RéalisateurModifier

ActeurModifier

ThéâtreModifier

Cette partie est mieux développée sur Art contemporain
Voir Robert Hossein

BibliographieModifier

RomansModifier

AutresModifier

  • 1978 : La Sentinelle aveugle (Grasset)
  • 1981 : Nomade sans tribu (Fayard)
  • 1987 : En désespoir de cause (Plon)
  • 2001 : La Nostalgie (Michel Lafon)


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Robert_Hossein. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard