FANDOM


Ran est un film japonais réalisé par Akira Kurosawa, sorti en 1985.

SynopsisModifier

Au XVIe siècle, dans un Japon ravagé par la guerre,le vieux daymio Hidetora Ichimonji décide de partager, avec pour témoins les seigneurs voisins, son fief entre ses trois fils et de finir ainsi ses jours heureux et en paix. Mais la triste réalité reprend le dessus, et les dissensions entres les trois frères plongeront rapidement leurs familles et leurs foyers dans le chaos.

C'est le récit de la chute du puissant clan Ichimonji entraînée par la décision de son patriarche Hidetora de céder le contrôle du royaume à ses trois fils: Taro, Jiro, et Saburo. Taro, l'aîné, reçoit le prestigieux Premier château et devient chef du clan Ichimonji, tandis que Jiro et Saburo reçoivent le Second et le Troisième châteaux. Jiro et Saburo doivent assistance à Taro, et Hidetora se sert d'un faisceau de flèches pour illustrer son propos.

Ceci est basé sur une parabole de Mori Motonari: il donna à chacun de ses fils une flèche et leur dit de la briser. Quand ils l'eurent fait il leur montra trois flèches et leur demanda s'ils pouvaient les briser. Tous échouèrent, et Motonari leur enseigna comment il est facile de briser une flèche mais non trois ensemble. Toutefois dans Ran Saburo brise le faisceau sur son genou et conclut que la leçon est idiote.

Hidetora doit rester le chef nominal et conserver le titre de Grand Seigneur. Saburo critique la logique de ce plan. Hidetora, dit-il, a obtenu sa puissance par la traîtrise, pourtant il espère naïvement que ses fils lui seront loyaux. Hidetora prend cette remarque pour une menace et quand son serviteur Tango prend la défense de Saburo, il les bannit tous deux.

Après l'abdication de Hidetora, la femme de Taro, Dame Kaede, entreprend de persuader Taro de prendre le contrôle direct du clan, et fomente un désaccord entre lui et Hidetora. Kaede est une manipulatrice inspirée par un désir de vengeance: sa famille a été massacrée par Hidetora dans son ascension vers le pouvoir et elle a donc voué son existence à conduire le clan Ichimonji à sa perte.

Le point critique est atteint quand Hidetora tue l'un des gardes de Taro qui menaçait le fou Kyoami. Quand Taro exige ensuite de Hidetora qu'il confirme son nouveau statut et sa puissance en signant un document de son sang, Hidetora accepte à contre-cœur et, furieux, quitte le château. Il se rend alors au Second château, où il s'entretient d'abord avec Dame Sué, la femme de Jiro. Comme celle de Kaede, sa famille a été massacrée par Hidetora, mais elle est devenue bouddhiste et a pardonné. Discutant avec son fils par la suite, Hidetora se rend compte que Jiro est surtout soucieux de l'utiliser comme un pion dans son propre jeu. Expulsé du Second château, Hidetora erre dans les plaines avec ses soldats à la recherche de nourriture. Il se rend finalement au Troisième château lorsqu'il apprend que les forces de Saburo l'ont abandonné pour suivre leur seigneur dans l'exil.

Hidetora et sa suite tombent dans une ambuscade tendue par les forces combinées de Taro et de Jiro. Les gardes du corps de Hidetora et ses concubines sont massacrés, le château est incendié, et il ne reste à Hidetora qu'à commettre le seppuku ou suicide rituel. Cependant il s'aperçoit à son grand désarroi que son sabre est brisé et qu'il ne peut pas faire le seppuku. Au lieu de se suicider il s'enfuit du château en flammes, à demi fou. Tandis que les forces de Taro et de Jiro prennent d'assaut le château, un général de Jiro, Kurogane, assassine Taro.

Hidetora, au bord de la folie, erre dans la tempête sur les pentes herbeuses de la montagne voisine où il est retrouvé par Tango et Kyoami, les seuls qui lui soient restés loyaux. Le trio se réfugie dans la hutte d'un paysan et découvrent que celui-ci n'est autre que Tsurumaru, le frère de Dame Sué. Hidetora lui avait fait crever les yeux des années auparavant.

Retour de la bataille, Jiro se lance dans une liaison avec Dame Kaede, veuve depuis peu. Poursuivant son entreprise occulte de destruction du clan Ichimonji, elle tire bientôt les ficelles derrière le trône. Elle exige que Jiro quitte sa femme. Quand celui-ci propose de divorcer de Dame Sué et d'épouser Kaede à sa place, elle exige qu'il fasse tuer Sué. Kurogane reçoit l'ordre de tuer Sué, mais il désobéit publiquement et met en garde Jiro contre Kaede.

Plus tard Tango tue deux des conseillers félons de Hidetora. Kyoami et Tango decident que, pour assurer la sécurité de Hidetora, il faut le conduire auprès de Saburo. Mais un profond sentiment de honte empêche Hidetora de se réconcilier avec son fils. En conséquence Tango part chercher Saburo pour le ramener auprès de Hidetora. Kyoami reste en compagnie du Grand Seigneur tandis que celui-ci s'enfonce dans la folie, errant dans les ruines du château du père de Dame Sué, château qu'il a lui-même détruit.

Dame Sué fuit le second château et, rejoignant son frère Tsurumaru, se réfugie dans les ruines du château de leur père. Accompagné d'un serviteur ils échappent de justesse aux forces ennemies envoyées par Jiro. Soudain Tsurumaru se souvient qu'il a oublié sa flûte. Il essaie de convaincre sa sœur qu'il n'en a pas besoin, mais Sué repart malgré tout la chercher, laissant à Tsurumaru un rouleau illustré d'une image du Bouddha. Finalement elle est tuée et décapitée par les hommes de Jiro, et Tsurumaru reste seul dans les ruines.

L'endroit où se cache Hidetora restant un mystère et ses souffrances étant désormais bien connues, l'armée de Saburo pénètre à nouveau dans le royaume pour le retrouver. Inquiet des entreprises de son frère et attentif à ses alliances avec des seigneurs de guerre rivaux qui cherchent à s'emparer des terrres du clan Ichimonji, Jiro rassemble à la hâte son armée, bien plus nombreuse, pour les arrêter. Les forces ennemies s'affrontent dans la plaine de Hachiman. Pressentant l'importance de la bataille, le nouveau protecteur de Saburo, un seigneur de guerre du nom de Fujimaki, fait marche vers la frontière. Un autre seigneur rival, Ayabe, apparaît aussi avec sa propre armée. Après avoir conclu une trêve avec Jiro, Saburo part avec une escorte de dix soldats à la recherche de Hidetora. Mais Jiro rompt la trêve et envoie une brigade d'artilleurs contre Saburo avant d'ordonner une attaque contre le reste des troupes de Saburo. Malgré sa supériorité numérique l'armée de Jiro est décimée par le feu des arquebusiers de Saburo.

Au milieu de la bataille on apprend à Jiro et à Kurogane que l'armée d'Ayabe fait route vers le Premier château. Ainsi Jiro comprend que l'armée postée sur la colline n'est qu'un leurre. L'armée de Jiro se débande rapidement et s'enfuit vers le château. Pendant la bataille contre les troupes d'Ayabe Kurogane demande à Dame Kaede de rendre des comptes sur ses actes. Elle admet avoir manœuvré pour que les choses en viennent à ce point, et Kurogane la tue immédiatement. Le Deuxième château est rapidement vaincu, la mort de Jiro et la débâcle de son armée étant suggérées mais non montrées.

Saburo finit par retrouver Hidetora. Ils sont réunis et Hidetora reprend ses esprits. Le père et le fils chevauchent côte à côte, semblant apaisés, lorsque Saburo est tué par les artilleurs de Jiro. Vaincu par le chagrin, Hidetora meurt, effondré sur le corps de son fils, mettant un point final à l'histoire du clan Ichimonji.

Tandis que l'armée de Saburo pleure son chef, le film se termine sur un plan de Tsurumaru, debout seul sur les ruines du château de son père. Il erre en aveugle et par accident laisse tomber le rouleau que lui avait donné sa sœur.

CritiqueModifier

Conçu après Dersou Ouzala, soutenu au début par Gaumont, qui ne donne pas suite, le projet est réécrit sous un angle d'attaque très différent et mené à terme par le producteur français Serge Silberman dans le cadre d'une coproduction franco-japonaise.

Prenant sa source tant dans Le Roi Lear de Shakespeare que dans l'adaptation de Macbeth qu'était Le Château de l'araignée, ce film à costumes permet à Kurosawa de reconstituer méticuleusement le détail d'une époque sans que jamais cela ne vienne étouffer le mouvement qui le traverse.

Ran participe d'un cinéma dramatique (le conflit domestique et politique), épique (la conquête du pouvoir, la geste guerrière), moral (l'humanisme pessimiste, une vision du monde colorée qui sombre dans l'obscurité), tout en contenant en son centre un personnage humoristique (le bouffon, commentateur ironique et mora! des événements). Un sens de la dramaturgie exemplaire se développe dans une durée dont Kurosawa possède l'expérience et la maîtrise.

Nul doute que ce film représentait pour Kurosawa un aboutissement de son œuvre ; il ne reviendra plus à ce genre de films semi-historiques qui ont fait son succès (son dernier projet, Après la pluie , ne pourra être mené à bien). La reprise de Shakespeare n'est qu'un prétexte pour laisser libre cours à sa propre vision, devenue de plus en plus pessimiste.

Jamais Kurosawa n'a autant opposé la nature et sa contemplation à la folie destructrice de l'homme. Le propos du cinéaste, en parallèle avec son talent de metteur en scène, atteint son paroxysme dans la vision finale de l'homme aveugle et perdu que les dieux ont abandonné, alors que passe la procession funèbre des héros.

  • Kurosawa déclara  : « De toute façon, je ne souhaitais pas transposer littéralement Shakespeare , je recherchais plutôt une perspective »
  • Selon Stephen Prince, Ran est la « chronique impitoyable d'une vile soif de pouvoir, de la trahison du père par ses fils, et de guerres et de meurtres incessants qui finissent par détruire tous les personnages principaux ».

DistributionModifier

Fiche techniqueModifier

Autour du filmModifier

  • Il a fallu deux ans pour créer les centaines de costumes nécessaires.
  • Kurosawa a mis dix ans pour storyboarder les plans … en peinture !
  • Le film A.K. de Chris Marker porte sur Akira Kurosawa durant le tournage de Ran.


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Ran. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard