FANDOM


Nikita est un film français de Luc Besson, sorti en 1990

Synopsis Modifier

Une bande de jeunes junkies en manque de drogue braque la pharmacie du père de l'un d'entre eux pour se fournir en médicament de substitution. La police intervient et la situation tourne mal. Dans un état second, Nikita, la seule rescapée du groupe de jeunes, abat froidement un policier à bout portant. Elle est arrêtée et condamnée à la prison à perpétuité. Une nuit, deux agents spéciaux entrent dans sa cellule et lui font une injection. Déclarée suicidée par injection létale, elle est officiellement enterrée.

Elle se réveille dans un centre parisien d'entraînement spécial des services secrets français, où le gouvernement lui offre le choix entre être réellement décédée ou travailler secrètement pour eux comme agent spécial tueuse à gages pour les intérêts des services secrets et de la police française.

Elle subit alors un apprentissage et entraînement multi-disciplinaire intensif très laborieux et épique de plusieurs années sous l'œil expert de Bob, son responsable et parrain qui se prend d'une affection assez spéciale pour elle. Elle apprend le maniement des armes, le close combat, les arts martiaux mais aussi reprend tout à zéro en matière d'apprentissage de bon comportement humain, affectif et social et de respect d'autrui et de soi-même.

Après un long apprentissage difficile et personnalisé de la vie et de son nouveau métier enfermée 24h sur 24 dans son centre d'entraînement parisien, elle est enfin prête à être rendue à la vie civile et à réaliser ses premières missions d'agent spécial des services secrets Français. Une nouvelle vie et une seconde chance s'offrent alors à elle.

CritiqueModifier

Ce film fût nominé 9 fois aux Césars de 1991, il ne repartira qu'avec une seule récompense: Anne Parillaud reçoit le César de la meilleure actrice pour ce rôle.

Le personnage de Nikita est un personnage qui se caractérise par sa dualité. D'une part, c'est une gamine qui a mal grandi (son surnom provient d'une chanson enfantine), qui souffre du contact avec le monde réel, l'expression du malaise de la jeunesse en somme. Il faut bien entendu remettre le film dans son contexte, à savoir la fin de années 80, ce que le début du film fait par ailleurs très bien. D'autre part, Nikita, grâce à celui que nous ne connaîtrons que sous le nom d'Oncle Bob, devient une femme dans le sens où elle apprend lors de son stage'non seulement à manipuler une arme, mais aussi à bien se comporter en société, à prendre goût à se faire belle et employer son charme. Toute l'histoire repose sur cette dualité dans la mesure où le brave Oncle Bob tombera amoureux de Nikita-femme (qui ne se manifeste naturellement que lorsqu'il s'agit de boulot), alors que Marco, ignorant la profession réelle de sa petite amie ne connaîtra que la Nikita-gamine.

Alors que le personnage de Marco est plus ou moins relégué au second plan en ce qui concerne l'aspect psychologique, l'Oncle Bob est un personnage très intéressant. On ne connaît pas vraiment les motivations qui l'ont poussé à sauver Nikita de la prison. On voit pourtant clairement que Bob risque dans un premier temps sa place auprès de ses chefs en défendant une droguée socialement inapte. Interprétons ce geste comme de la pitié pure, et une envie très honorable de donner une seconde chance à une pauvre fille. Dans les scènes qui confrontent Bob et Nikita-fillette, c'est clairement le personnage de Bob qui a le dessus, il impressionne et domine Nikita, qui ne connaît au départ que la violence pour se défendre.

La relation s'inverse clairement quand c'est à Nikita-femme que Bob à affaire. Manifestement peu enclin à montrer ses émotions qui manifestement le dépassent, il s'enferme dans une indifférence presque enfantine, parfaitement bien jouée par Karyo. Ainsi fait-il semblant de lire le journal juste avant sa dernière entrevue amoureuse avec Nikita.

Son désir de paraître impassible face à Nikita car avouer ses sentiments reviendrait à s'avouer perdu, sa fierté qui l'empêche de lui déclarer ouvertement la portée de son amour pour elle sauf dans la scène de leur séparation, scène où, paradoxalement, on apprend pour la première que quelque chose s'est passé entre les deux personnages, se transforme assez vite en un désir tout aussi refoulé que destructeur à l'encontre de Nikita.

Ce film dont le scénario mêle habilement action et intimité est un des meilleurs de Luc Besson. Cest un vrai drame moderne à la mise en scène tonique et recherchée. Anne Parillaud qui avait jusque là accumulé les seconds rôles montre une tonicité remarquable dans son meilleur rôle. Jeanne Moreau marque de tout son mètier un petit rôle savoureux de professeur de bonnes manières.

Distribution Modifier

Fiche techniqueModifier

Suites et adaptationsModifier

  • 1994 : Léon de Luc Besson avec Jean Reno, Gary Oldman. ( Les aventures de Léon, identifiable à Victor, et d'une petite fille)
  • 1993 : Nom de code : Nina (The Assassin) de John Badham avec Bridget Fonda, Gabriel Byrne ( Remake de Nikita)
  • 1991 : Black Cat (黑猫) de Stephen Shin avec Jade Leung
  • 1997-2001 : La Femme Nikita ( Série canadienne de Robert Cochran 95 épisodes de 45 minutes)


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard