FANDOM


20px Pour les articles homonymes, voir Simon.

Michel Simon est un acteur de nationalité suisse, né le 9 avril 1895 à Genève et mort le 30 mai 1975 à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne). Il est le père de l'acteur François Simon.

Les débutsModifier

« Un malheur n'arrive jamais seul ». Comme il le faisait plaisamment remarquer, Michel Simon était né la même année que le cinématographe. Son père était charcutier à Genève et protestant.

Rapidement, Michel Simon se détourne des études et de sa famille pour monter à Paris où il habite à l'hôtel Renaissance, rue Saint-Martin, puis à Montmartre. Il exerce divers petits métiers pour subsister (donnant des leçons de boxe ou vendant des briquets de contrebande à la sauvette). Il est aussi réputé pour dévorer tous les livres qui lui tombent sous la main (avec une prédilection pour les écrits de Courteline).

Ses débuts dans le monde du spectacle sont modestes : il fait le clown et l'acrobate pour un numéro de danseurs appelé « faire valoir » (les Ribert's and Simon's), puis pour un prestidigitateur.

Rappelé en Suisse au moment de la Première Guerre mondiale, il est un soldat indiscipliné et passe le plus clair de son temps aux arrêts ou à l'ombre des cachots. Rapidement, sa santé s'en ressent et il doit être hospitalisé.

En 1915, au cours d'une permission, il voit Georges Pitoëff faire ses débuts d'acteur en langue française, dans l'Hedda Gabler, d'Ibsen, au théâtre de la Comédie de Genève. Il décide alors de devenir acteur à son tour, mais ce n'est qu'en octobre 1920 qu'il fera son apparition dans la troupe des Pitoëff en disant trois répliques de Mesure pour Mesure, de Shakespeare (dans le rôle du greffier). Il pratique alors aussi le métier de photographe.

Au début de 1922, sa troupe vient s'établir à la Comédie des Champs-Élysées.

La consécration Modifier

Il la quitte l'année suivante pour devenir acteur de boulevard, jouant des vaudevilles de Tristan Bernard, d'Yves Mirande et de Marcel Achard. Ce dernier le présente à Dullin, dans la compagnie duquel Simon joue une pièce d'Achard, Je ne vous aime pas avec Valentine Tessier. Il jouera aussi des comédies musicales comme Le Bonheur Mesdames et Les joies du Capitole, écrites par Albert Willemetz.

Il est ensuite engagé par Louis Jouvet qui a remplacé Pitoëff à la Comédie des Champs-Élysées. C'est avec Jouvet, dans une pièce d'Achard, Jean de la lune, que Michel Simon s'impose d'une façon éclatante, le 18 avril 1929. Son talent inimitable transforme le rôle secondaire de Cloclo pour en faire la principale attraction de la pièce.

La carrière théâtrale de Michel Simon va se poursuivre, de succès en succès (il joue Shakespeare et Bernard Shaw, Pirandello, Oscar Wilde, Gorski, Bourdet et Bernstein), mais c'est le cinéma qui va lui apporter une immense popularité.

Il débute à l'écran en 1925, d'abord en jouant au côté de Ivan Mosjoukine dans Feu Mathias Pascal, de Marcel L'Herbier, d'après Pirandello, et presque en même temps en participant à un film réalisé en équipe en Suisse, avec Jean Choux : La vocation, d'André Carel (selon les méthodes de productions artisanales tout à fait identiques à celles dont la « nouvelle vague » française de 1958 revendiquera l'originalité).

Au cinéma muet, il apporte surtout un étonnant physique et un visage peu banal, d'une exceptionnelle mobilité. Une mobilité qu'il prend grand soin de ne pas transformer en tics, comme il arrive trop souvent par facilité à ce genre d'acteurs : voir par exemple combien rapidement, à la même époque, le jeu de Fernandel va se scléroser ! Michel Simon joue des formes de son corps avec une virtuosité infinie : de la laideur intelligente ou sympathique, de la bonté ou de la naïveté, à la laideur grotesque ou inquiétante, cocasse ou stupide, malicieuse ou cruelle.

Sa vraie carrière cinématographique ne commence qu'avec le « parlant » quand on s'aperçoit que l'élocution et le timbre de voix de l'acteur sont aussi originaux que son physique et son jeu. Ici Michel Simon se révèle « inclassable » : comique, dramatique, tragique, vaudeville, il peut tout jouer avec un égal talent. Très vite, il s' affirme dans la comédie. À son actif, 55 pièces de 1920 à 1965, et 101 de 1965 à 1975.

Michel Simon décède le 30 mai 1975. Il repose au Cimetière au Grand-Lancy à Genève auprès de ses parents, selon ses dernières volontés. Dans la Vieille Ville de Genève, Grand-Rue, une plaque commémorative signale la maison où Michel Simon est né le 9 avril 1895.

Une double vieModifier

Michel Simon était également un grand ami des animaux, et en particulier des oiseaux. Il était aussi un grand amateur de pornographie. Il possédait une remarquable collection d'objets, d'images et de films pornographiques qui fut dispersée à sa mort. Il tourna lui-même plusieurs petits films pornographiques pour son usage personnel.

D´après une biographie parue en 1989[1], Michel Simon aurait été un agent des services secrets soviétiques d'avant-guerre. La bibliographie n'apporte toutefois aucune preuve, juste un faisceau de présomptions [2].

Filmographie Modifier

Années 1920 Modifier

Années 1930 Modifier

Années 1940 Modifier

Années 1950 Modifier

Années 1960 Modifier

Années 1970 Modifier

TélévisionModifier

Références et sources Modifier

  1. Modèle:Biblio
  2. AFFAIRE MICHEL SIMON - Archives pour tous

BibliographieModifier

  • Claude Gauteur, Michel Simon, Edilig, 1987.
  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus - 694 portraits, 2147 noms., Éditions cinéma, (2008) - Informations sur Les gens du cinéma

Lien externe Modifier

lb:Michel Simon

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard