Fandom

Film Wiki

Les Dents de la mer

2 864pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

Les Dents de la mer (Jaws) est un film américain, réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1975 .

SynopsisModifier

Pendant l'été 1975, sur l'île d'Amity, de jeunes gens font une fête nocturne sur une plage. Chrissie Watkins, une des jeunes femmes présente, s'en va prendre un bain de minuit, suivie par un jeune homme. Après s'être dévêtue tout en courant dans les dunes, elle se met à l'eau, sans le jeune homme, pour sa part trop soûl pour nager. Après quelques brasses dans l'océan Atlantique, elle se fait happer par quelque chose situé en dessous du niveau de la mer. Elle se débat, tournoie, hurle, puis disparaît sous l'eau.

Le lendemain, Martin Brody, chef de la police locale, est appelé sur les lieux de la disparition. Un agent de police siffle pour le prévenir : il vient de trouver sur le sable le bras arraché et putréfié de la victime.

De son propre chef, Brody décide de fermer toutes les plages de l'île, ce qu'arrive à savoir le maire qui s'y oppose fermement. On est alors à 5 jours du 4 juillet, fête nationale américaine et véritable début de la saison estivale. Pour lui, il n'est pas question de faire peur aux touristes qui ne vont pas tarder à débarquer en masse sur l'île. Il préfère parler d'un accident probablement du à une hélice.


Mais alors que Martin Brody, contrarié, part faire la surveillance de la plage principale, un labrador noir et un jeune enfant sont dévorés par un requin, au vu de tous les touristes présents, complètement horrifiés.

Le maire ne peut plus cacher l'affaire devenue publique, d'autant que la mère de l'enfant assassiné promet, par voie d'affichage et de presse, 3 000 dollars à quiconque capturera et tuera le requin responsable de la mort de son fils. En urgence, le maire convoque une assemblée de notables pour décider de la suite des évènements. C'est alors qu'au fond de la salle, un vieux loup de mer, Quint, se propose de chasser et tuer le requin, mais pour une récompense de 10 000 dollars qu'il ne veut partager avec personne d'autre.

Description des personnages principauxModifier

  • Martin Brody : On sait de lui qu'il est marié (à Ellen) et a deux enfants (Michael et Sean qui reprendront son flambeau dans les deux derniers épisodes de la quadrilogie). Il dit également être originaire de New York (avant de découvrir le corps de la 1re victime) et que c'est la première fois qu'il est chef de la police à Amity (dixit le maire lors de la scène des louveteaux). Il a l'esprit d'initiative (en fermant d'office toutes les plages), n'a pas de respect particulier pour l'autorité (voir son affrontement permanent avec le maire), n'y connaît absolument rien aux requins (pour cela, il se renseigne dans des livres scientifiques) et possède un certain courage (bien qu'ayant une sainte horreur de l'eau, il part chasser le requin en haute mer). Il a aussi de l'humour, comme lorsqu'il imite l'accent d'Amity (« [les enfants] sont dans le jardaing, ils risquent rieng, ils sont pas bien loing »).
  • Matt Hooper : C'est un scientifique spécialisé dans les requins, après avoir vu dans sa jeunesse un bébé requin renard d'1 m 50 mettre en charpie un bateau devant lui (ce qu'il explique lors du repas chez les Brody). On sait qu'il vient d'un institut scientifique du continent, sans en connaître le nom, et qu'il a été appelé à la rescousse par le maire. Face aux requins, son attitude de scientifique s'oppose à celle de Quint qui est plus pragmatique, fondée sur l'expérience. Enfin, il est juif, mais ça n'influe nullement sur l'intrigue. Enfin, c'est un homme souriant qui aime blaguer (quand lors de la séquence de comparaison de cicatrices, il dit que la pire de ses blessures est celle de Mary Ellen Moffit qui lui a brisé le cœur).
  • Quint : C'est un homme solitaire (il veut chasser le requin seul), vénal (il veut 10 000 dollars en échange du requin, et non 3000 comme le propose madame Kintner), imprévisible (lorsqu'il casse la radio de l' Orca avec une batte de baseball) et sûr de lui (il se moque de la cage anti-requin de Matt Hooper, certain du bien-fondé de ces méthodes). Mais c'est aussi un bon vivant qui a de l'humour (sa franche rigolade avec Matt Hooper lors de la séquence de comparaison de cicatrices). Il peut aussi se montrer têtu et autoritaire (quand il rentre au port à toute vitesse, au risque de faire exploser les machines). Vieux loup de mer fasciné par les requins (les murs de sa cabane de pêcheur sont couvertes de mâchoires de cet animal), il a surtout une haine envers eux et une vengeance à accomplir (il en expliquera l'origine dans son long monologue). Tel le capitaine Achab de Moby Dick, il est obstiné par la traque du requin, et sera prêt à tout tant qu'il ne l'aura pas tué. Enfin, il est la figure type du marin, aimant chanter la chanson traditionnelle Spanish Ladies en toutes occasions.
  • Larry Vaughan : Il est l'exact contraire de Martin Brody. Là où Brody est pessimiste, Vaughan reste optimiste, là où le premier veut fermer les plages de façon préventive, le second veut les laisser ouvertes, même quand les évènements lui donnent tort. Il redoute avant toute chose que les touristes ne viennent plus ou quittent son île. Il n'apprécie pas du tout que la pancarte de la ville soit tournée en dérision par des touristes (repeinte avec un aileron de requin et les mots « help shark »). Il est menteur (quand il veut requalifier la mort de la 1re victime en « accident du à une hélice »), obstiné, manipulateur (quand dans la réunion publique, il accepte que les plages soient fermées... pour 24 heures seulement, ce qu'il n'avait pas dit à Brody) ; il minimise sans cesse le danger, mais il peut aussi être humain (quand Brody se fait gifler par madame Kintner ou quand il donne le feu vert à Brody pour chasser le requin, pensant à ses propres enfants). Enfin, contrairement au roman, il n'a aucun lien avec la mafia.
  • Ellen Brody : En passant du livre à l'écran, son rôle s'est réduit comme peau de chagrin. Dans le roman de Peter Benchley, on sait qu'elle a 36 ans (à l'écran, elle paraît plus âgée), on apprend aussi comment elle a rencontré son mari et qu’actuellement, elle s'ennuie dans son couple, lui imputant la faute. C'est pourquoi elle aura une liaison avec Matt Hooper. Dans le film, rien de tout cela n'est mentionné. Elle reste élégante, retenue et réservée, mais elle est surtout montrée comme une épouse aimante et une mère attentionnée. Elle ne prend pas directement part à l'action.

CritiqueModifier

Les Dents de la mer est le premier blockbuster de l'histoire du cinéma.

Steven Spielberg raconte que le tournage fut un véritable calvaire et que le requin mécanique, surnommé Bruce, fit plus de caprices que tous les acteurs réunis. Depuis, le célèbre réalisateur refuse de tourner un nouveau film dont l'action se déroulerait dans un environnement aquatique.

Comme tout grand succès américain Les Dents de la mer eut trois suites : "Les Dents de la mer 2" de Jeannot Szwarc, un réalisateur français, "Les Dents de la mer 3" de Joe Alves et "Les Dents de la mer 4" de Joseph Sargent. Le troisième et surtout le quatrième (pourtant avec l'excellent Michael Caine) ne sont pas à garder dans les mémoires.

Une approche différente dans le traitement du récit chez SpielbergModifier

Un des rares exemples de long dialogue, celui du monologue de Quint dans la bateau, est à ce titre particulièrement significatif du traitement du suspense par Spielberg, très différent que chez Benchley.

Peu avant la longue réplique de Robert Shaw, on voit le bateau de nuit, filmé en plongée, navigant sur une mer calme et infinie. L' Orca est perdu au milieu de nul part, personne ne pouvant venir au secours des trois hommes présents : Hooper, Brody et Quint. S'ensuit une scène devenue culte où Quint et Hooper comparent leurs cicatrices respectives, la gravité de la blessure augmentant à chaque fois : Quint montre d'abord à Hooper un durillon sur sa tête, du à un coup de bouteille pendant la Saint Patrick à Boston, puis c'est au tour de Hooper de montrer une morsure de murène, Quint lui répond par son bras droit abîmé pendant une séance de bras de fer avec un chinois, Hooper embraye avec une morsure de requin pendant un prélèvement, puis Quint parle d'un coup de queue d'un renard des mers. Hooper ouvre sa chemise, montre sa poitrine et dit avoir la pire des blessures. Les autres ne voient rien. Hooper annonce alors que Mary Ellen Moffit lui a brisé le cœur. Tous explosent de rire. L'atmosphère se détend. Brody demande alors à Quint ce que représente le tatouage effacé qu'il a sur le bras. Hooper, toujours jovial dit qu'il devait y être écrit « maman ». Hooper et Brody rient, mais pas Quint qui s'assombrit et explique que ce tatouage date de l'époque où il était sur l' USS Indianapolis. Les rires s'arrêtent nets. Silence. Quint commence à ce moment un long monologue.

Il explique qu'il était sur le cuirassé Indianapolis, celui-là même qui transporta Little Boy, la bombe qui servit à Hiroshima, sur la base aérienne de l'île de Tinian. Le navire qui comptait 1 100 hommes fut torpillé par deux fois par un sous-marin japonais et coula en 12 minutes. La mission était tellement secrète qu'aucune alerte ne fut donnée au début. Les 900 naufragés survivants vont alors rester 5 jours dans l'eau, beaucoup se faisant dévorer par une multitude de requins. Ils seront finalement repérés par l'US Navy, mais seuls 316 hommes furent repêchés vivants L'horreur qui se dégage de cette scène tient d'abord à ce que le récit fait par Robert Shaw est basé sur une situation qui a réellement eu lieu. En se mettant dans la peau de ces hommes, on peut aisément ressentir l'effroi qui a du être le leur.

Mais la tension dramatique résulte aussi pour beaucoup de la qualité du texte prévue dans le scénario final et du talent de mise en scène de Spielberg. La longue séquence est quasiment tout le temps en plan fixe, avec quelques plans de coupe de Roy Scheider afin de changer le cadre ou l'angle de la caméra et maximiser ainsi la tension qui se dégage de la scène. Au début, Quint apparait en plan rapproché, avec Hooper au fond à droite, dans la profondeur de champ, puis il y a une première plan de coupe de Brody, la caméra reprend le même angle mais avec légèrement plus de recul, Hooper est toujours visible à droite, le visage décomposé, puis nouveau plan de coupe de Brody, on revient sur Quint, cette fois-ci seul à l'image et en très gros plan, on ne voit plus que son visage, puis sont intercallés deux plans de coupe très rapides, d'abord de Brody puis de Hooper, on ne voit ensuite que le visage de Quint qui finit son récit, la caméra s'approchant très lentement, presque imperceptiblement.

À aucun moment on ne voit d'images du naufrage, des marins à la mer, des requins ou des morts. La caméra se concentre uniquement sur les expressions faciales des acteurs, sur la prononciation et la force des mots prononcés par Quint, sur les sons environnants etc. Là où beaucoup de films d'horreur sont inutilement visuels, gores, sordides, Spielberg laisse le spectateur se concentrer sur le récit, bien plus sonore que visuel, laissant ainsi libre cours à l'imagination, bercée par l'atmosphère étouffante de la scène. En filmant de nuit, dans un espace clos, Spielberg joue en plus avec la claustrophobie et les peurs refoulées des spectateurs.

Ce discours explique à lui tout seul le personnage de Quint, lui donne de la profondeur humaine, de l'épaisseur psychologique, le spectateur ayant perçé son intimité et comprenant pourquoi il tient tant à chasser le requin, à se venger de lui.

Distribution Modifier

  • Roy Scheider : Le chef Martin Brody
  • Robert Shaw : Bartholomew Quint
  • Richard Dreyfuss : Matt Hooper
  • Lorraine Gary : Ellen Brody
  • Murray Hamilton : Le maire Larry Vaughn
  • Jeffrey Kramer : Le chef-adjoint Jeff Hendricks
  • Carl Gottlieb : Ben Meadows
  • Chris Rebello : Michael Brody
  • Jay Mello : Sean Brody
  • Fritzi Jane Courtney : Mme Taft
  • Robert Nevin : Le médecin légiste
  • Susan Backlinie : Chrissie Watkins
  • Craig Kingsbury : Ben Gardner
  • Jeffrey Voorhes : Alex Kintner
  • Lee Fierro : Mme Kintner
  • Peter Benchley : Le reporter
  • Ted Grossman : La victime de l'estuaire

Fiche technique Modifier

  • Titre original : Jaws
  • Réalisation : Steven Spielberg
  • Scénario : Peter Benchley , Carl Gottlieb , Howard Sackler , d'après le roman de P. Benchley
  • Photo : Bill Butler
  • Décors : Joseph Alves Jr
  • Musique : John Williams
  • Montage : Verna Fields
  • Production : Richard D. Zanuck , David Brown (Universal )
  • Pays : USA
  • Genre : fantastique, angoisse
  • Durée : 124 minutes
  • Sortie : 1975

SourceModifier


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Les_Dents_de_la_mer. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard