FANDOM


Les Baisers de secours, de Philippe Garrel, sorti en 1989

Synopsis Modifier

Mathieu, pour son nouveau film, choisit de confier le premier rôle féminin à Minouchette, une actrice connue. Sa femme Jeanne, comédienne également, considérant que ce film est "son" histoire, prend cette décision pour une trahison. Ils se séparent. Lo, leur enfant est balloté de l'un à l'autre. Pour Mathieu, c'est une période de solitude et de doute. Lorsque Jeanne lui revient, le couple se reforme mais cette épreuve aura été une alarme.

Analyse critiqueModifier

La couleur existe depuis longtemps au cinéma. Pourtant Philippe Garrel privilégie le noir et blanc. Paris reste un décor. Que ce soit dans la capitale, à la montagne, à Autrans, pendant un week-end au bord de la mer, dans le train, le métro, la 2 chevaux ce sont les humains amoureux qui sont l'essence même du film.

De la lenteur et du silence ne naît pas forcément l'ennui. Philippe Garrel sait prendre son temps, au sens "ethnologique" du terme, c'est-à-dire "prendre son temps pour être avec, pour partager". Les plans-séquences sont de longs baisers. Lors d'un dialogue, le montage cut champ/contre-champ est proscrit. La caméra va de l'un à l'autre soulignant le lien tour à tour amoureux, amical ou filial. Le réalisateur prend aussi le temps du silence, indispensable à la réflexion ?

La famille ressoude le couple. L'enfant Louis sauvera ses parents. L'intérêt du film est de ne pas poser la classique question de la fidélité dans le couple, mais de s'interroger sur la nature de l'amour d'une femme pour un homme, d'un homme pour une femme. Amour, trahison, jalousie, séparation, complexité des relations... Lorsque Jeanne trompe son mari devant son propre fils c'est un appel au secours. Le rôle de l'enfant est d'être médiateur du couple car ses parents se revoient grâce à lui, et des générations, la mère de Mathieu, séparée de son mari, n'arrive plus à parler à son fils, elle parle donc avec son petit-fils.


Dans Les baisers de secours, le réalisateur s'interroge sur les limites de la création artistique face au vécu. Quand le père de Mathieu lui suggère de mettre l'amant de sa femme dans son film, il répond "qu'un film n'est pas une poubelle". La première scène montre Jeanne qui pleure, car elle n'a pas le rôle dans le prochain film de son mari, lequel a choisit Minouchette. Philippe Garrel joue son propre rôle et filme des acteurs au travail, une scène montre une séance de travail dans un théâtre d'Epernay. Il réalise ainsi un film autobiographique plus que "nombriliste".

Le film produit "des images philosophiques qui font réfléchir sur son propre cas". Une belle photo en noir et blanc, une musique blues envoûtante séduisent, mais la narration très distanciée fait réserver ce film secret et douloureux aux spectateurs que passionnent les déchirements très intellectualisés du cœur et de l'esprit.

DistributionModifier

  • Brigitte Sy: Jeanne
  • Philippe Garrel: Mathieu
  • Anémone: Minouchette
  • Maurice Garrel: le père
  • Yvette Etiévant: la mère
  • Louis Garrel: Lo
  • Jacques Kébadian : Paul
  • Valérie Dréville : Josette
  • Aurélien Recoing : Le comédien
  • Pierre Romans : Le metteur en scène de théâtre
  • Charlotte Clamens : L'amie de Jeanne
  • Laurent Wennig : L'amant

Fiche techniqueModifier

  • Réalisation : Philippe Garrel
  • Dialogue Marc Cholodenko
  • Directeur de la photographie Jacques Loiseleux
  • Musique Barney Wilen
  • Production Gérard Vaugeois
  • Durée : 83 minutes
  • Format: noir et blanc
  • Sélection officielle Venise 1989
  • Date de sortie : 23 août 1989

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard