FANDOM


Les Acteurs est un film français réalisé par Bertrand Blier, sorti en 2000.

SynopsisModifier

Quelques portraits de comédiens (rien que des hommes en dehors de Josiane Balasko et Maria Schneider ) qui se rencontrent et se racontent de façon organisée ou fortuite. Ils s'interrogent avec une certaine distance et ironie sur leur métier.

CritiqueModifier

Au départ, Jean-Pierre Marielle, André Dussollier et Jacques Villeret sont au restaurant et causent « pot d'eau chaude » car Marielle en a commandé un sans résultat. Les répliques, brillantes, claquent, Blier s'échauffe et nous jette dans l'« action » sans préavis. Ou plutôt l'absence d'action. Vieille insolence du cinéaste qui, cette fois, a vraiment envoyé valser histoire et scénario. Les Acteurs jouent leur propre rôle, mais pas toujours : Brialy et Arditi sont en couple et d'autres, comme François Berléand, sont anonymement mis au service de personnages minimalistes. En somme, un film libre.

Le film est une mise en abyme permanente, avec par exemple des allusions liées aux personnalités réelles des acteurs comme la boisson avec Jean Carmet ou encore l'homosexualité avec Jean-Claude Brialy. Ou encore, comme cette scène où Maria Schneider dit un beau texte, campe un beau personnage. Blier lui offre ce moment-là comme un cadeau. Mais il est empoisonné. Car l'actrice doit, dans la foulée, tomber le masque et dire : « Je m'appelle Maria Schneider et ça me fait du bien d'avoir cette scène. » Ce qui sonne comme : je ne suis plus très connue et je dis merci quand on me donne du travail. Blier n'y est plus en retrait, il met à vif le pessimisme qui hante ce film. La vision qu'il donne de leur métier, et de leur place dans le cinéma, est en effet assez désenchantée.

Josiane Balasko, la seule femme du générique, entre dans le film pour jouer André Dussollier. Mais, à partir de cette idée surréaliste, Blier fait un constat ambigu : un acteur peut jouer n'importe qui, une actrice peut jouer un acteur et le public peut accepter n'importe quoi.

Le film se finit par une discussion téléphonique entre le cinéaste et son père, Bernard Blier, ainsi qu'entre Claude Brasseur et son père, le comédien Pierre Brasseur. Un brillant hommage au deux grands comédiens et une manière de nous dire: Les acteurs, n'attendez pas qu'ils soient morts pour les aimer; aimez-les vivants

DistributionModifier

Fiche technique Modifier

Lien externeModifier

Site officiel du film

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard