FANDOM


Le Soldat bleu (Soldier Blue) est un film américain réalisé par Ralph Nelson, sorti en 1970.

Synopsis Modifier

Nous sommes en 1864, et le détachement de cavalerie de Honus Gant, comme celui du fiancé de Christa , sont en campagne contre les Cheyennes, et ne s’attaquent pas uniquement, comme Gant va le découvrir, aux guerriers indiens.

Christa Lee est une superbe jeune femme, blanche comme la lune et blonde comme les blés. Des soldats l’emmènent retrouver son fiancé, qui s’est lui-même engagé dans l’armée. Christa n’a pas attendu le retour de son fiancé au fond d’une maison new-yorkaise. Elle a vécu parmi les Cheyennes. Cette aura de mystère ne se dissipe pas lorsque le convoi est attaqué, dans le but, non de la récupérer, mais de s’emparer du chargement d’or destiné à la paie des soldats qui était attaché à quelques centimètres d’elle. Honus Gant, seul survivant avec elle du massacre, découvre une jeune personne déterminée et d’une connaissance remarquable du terrain. Contraints de faire route ensemble, la presque Cheyenne et le soldat “Bleu” apprennent à se connaître.

CritiqueModifier

Le film est sorti en pleine guerre du Viêt Nam, retraçant les évènements romancés entourant le massacre de Sand Creek de 1864, survenus sur ce qui était alors le territoire du Colorado.

Mi Lay, 1968. Le petit village vietnamien est attaqué par l’armée américaine, rasé. Les habitants sont impitoyablement massacrés. Femmes, enfants, vieillards font partie du nombre. Les nouvelles et les images de cet évènement parvinrent aux États-Unis, et provoquèrent l’indignation d’une grande partie de la population, tout comme les tortures d’Abu Ghraïb firent honte à l’armée américaine en 2003.

Ralph Nelson, déjà auteur d’un western ambigu et controversé, Duel dans la Vallée du Diable, d’une grande violence, qui mettait en scène les faux-semblants idéologiques et leurs tristes rencontres avec la réalité, frappe plus fort encore quelques années plus tard avec ce film, directement influencé par les événements de Mi Lay. Demeuré célèbre pour son extrême violence, le film a quelque peu disparu des écrans ces dernières années, la célébrité de son auteur ayant beaucoup à envier à celles d’autres de ses contemporains westerners, tel Peckinpah. Il convient pourtant de revenir à Soldat Bleu.

Totalement en phase avec son époque, il ne fait preuve d’aucune pudibonderie, qu’il s’agisse de la belle Candice Bergen, déshabillée peu à peu par les ronces du chemin, ou des mutilations perpétrées par les soldats américains lors du massacre final. Les morts voient leur sang jaillir des plaies, les impacts de balle couvrent les visages, et les cadavres ne restent pas intacts après des jours au soleil. Ce bras d’honneur aux conventions hollywoodiennes et au code Hays agonisant est la métonymie du propos de l’auteur. Devant les évènements qu’il choisit de conter, impossible de se voiler la face. Un siècle après l’action qu’il filme, mais quelques années seulement après leur répétition, Ralph Nelson gifle l’apathie de “ l’arrière”, cet “arrière” toujours prêt à se contenter des versions officielles, et sourd aux voix qui prêchent la paix.

Une bonne vingtaine d’années avant Kevin Costner et son Danse avec les Loups, l’auteur met en scène le parcours d’un soldat incrédule devant les signes qui s’amoncellent. Il est initié, comme dans son lointain successeur, par une femme, blanche devenue indienne, femme atypique, consciente de l’impossibilité pour elle de devenir véritablement indienne, mais incapable d’accepter pour autant l’hypocrisie ou l’aveuglement du mode de vie des Blancs. Prise dans le no man’s land, elle ne peut que passer d’une ligne à l’autre, ou se contenter d’assister aux évènements sans pouvoir influer sur eux. Pas plus les Indiens, encore confiants dans la bannière américaine et le drapeau blanc, que les soldats, suppliés pour leur part par Gant, n’acceptent de modifier le cours de cette petite parcelle de l’histoire, et s’acheminent vers un massacre gratuit.

Ce massacre est d’autant plus insoutenable qu’il survient peu après le retour des survivants à la civilisation, après que l’essentiel du film s’est déroulé dans une ambiance de quasi-comédie: les péripéties qui marquent le parcours de Christa et Honus sont soulignés par des disputes, des réconciliations, des tirades injurieuses ou des épisodes loufoques. Il faut voir Candice Bergen roter comme un conducteur de charriot après avoir dévoré un lièvre pour le croire.

Passant de la naïveté à la compréhension progressive du milieu naturel dans lequel il évolue, et par-là même plus à même de comprendre ces Indiens qu’il combat, Honus Gant comprend que les idées qu’il a défendues jusque là ne sont que des mots. Quant à Christa, sa découverte d’un Blanc moins corrompu et pitoyable que son fiancé ou ceux qui l’ont traitée comme un objet, elle a la fugitive vision d’un futur possible au sein du monde dont elle vient. Mais cela n’a qu’un temps, la foule apparaissant comme une assassine de masse.

Pourquoi? demande Gant au Colonel Iverson, qui vient d’abattre froidement une petite fille qu’un de ses soldats avait amputée d’une jambe. La question traverse le film, et les réponses sont toujours fausses. Pourquoi les Cheyennes attaquent-ils le convoi au début du film? Ancien époux de Christa, Loup Tacheté ne cherche pas à la récupérer lorsqu’il a la surprise de la trouver dedans.

Contrairement aux idées reçues des soldats, les Cheyennes en ont bien après l’or de la paie des soldats. Sont-ils devenus de simples brigands, l’homme blanc les a-t-ils pervertis jusque là? Pas le moins du monde. Christa l’expliquera à Gant lorsque ce dernier découvre le trafic d’armes en cours: les Cheyennes attaquent les convois pour acheter des armes. Pourquoi, encore? Pour se défendre de l’homme blanc. Pourquoi, toujours? Loup Tacheté lui-même ne souhaite-t-il pas la négociation, comme le chef du convoi qu’il a massacré au début du film, confiant dans les promesses faites par les Blancs? Pourquoi Iverson attaque-t-il ce village? Pour venger l’attaque du convoi? Ou pour, comme il le dit lui-même dans son discours de remerciements à ses troupes, pour que ce coin d’Amérique soit un peu plus habitable?

“ C’est mon pays, soldat “Bleu”...” chante Buffy Sainte-Marie au commencement du film. tout comme il l’avait laissé voir dans Duel dans la Vallée du Diable, Ralph Nelson n’hésite pas à remettre en question l’intégralité des mythes fondateurs de l’Amérique, ainsi que celle des colonisateurs en général. Ce propos, mis en images alors que John Wayne achevait de devenir une caricature, a de quoi surprendre à l’époque. Toutefois, la tentation de railler une fois de plus les Américains ne résiste pas longtemps, en effet, à un examen de conscience historique de la part du spectateur européen.

Presque contemporaine de la guerre du Vietnam, la guerre d’Algérie comporte son lot d’ambiguités insoutenables. La bannière américaine, surmontée du drapeau blanc, est piétinée par les chevaux du 11° détachement de cavalerie, en route pour le massacre. Faut-il y voir un plan symbolique de l’engagement pacifiste du cinéaste, évitant lui-même ainsi de bruler un drapeau, ou le désespoir de voir que les valeurs, une fois confrontées aux réalités de la politique, n’ont pas plus de valeur que le tissu sur lequel elles sont cousues.

Western brutal, Soldat Bleu est proche du pessimisme violent de Jeremiah Johnson auquel le rythme et le long épisode central en pleine nature fait immanquablement penser. Rousseauiste également, et de la même façon, il fait regretter que les deux amants aient quitté leur caverne, pour retourner dans le monde des hommes. La violence des dernières séquences, aussi graphiques que les œuvres de Lucio Fulci, et empreintes de la folie qui animera l’ensemble d’Apocalypse Now, ose dépasser le cadre de la querelle d’historiens pour jeter au visage du public ses propres angoisses face à la barbarie.

Les soldats, massacrant en riant, violant en chantant et torturant en imitant les cris de guerre indiens, achèvent en défilant à la suite du colonel Iverson en brandissant des trophées, membres coupés, têtes au bout de lances, scalps. Après avoir découvert que les sauvages ne l’étaient pas plus que lui, Gant, qui traverse le massacre en pleurant d’incompréhension et d’horreur, est emmené prisonnier en riant, brandissant la médaille que Christa lui a offerte, tandis que cette dernière contemple les ruines du village, ainsi que le nouveau cimetière qui orne le champ de massacre. A réinstaller parmi les œuvres majeures du genre, le film offre ainsi une nouvelle réflexion sur les origines, non seulement des Etats-Unis, mais de toutes les autres nations.

Ce film entretient le nouveau courant hyper violent crée par La Horde sauvage de Sam Peckinpah quelques années auparavant consistant à dévoiler d’une manière très réaliste une violence extrême dans un relationnel musclé entre personnages d’un récit. Le Western dont le pistolet et le fusil sont les emblèmes de références sert de cobaye idéal pour montrer cette dérive sanguinaire sans filet.

Les balles traversent les corps, les enfants sont tués, les femmes violées ou éventrées. Toutes ces images sont nouvelles, le rouge est mis, les comportements sont bestiaux. C'est la surenchère des effets réalistes dans une nature sauvage.La fureur non retenue déchaîne les esprits.

Le titre est souvent mal interprété. Le titre original semble désigner la couleur bleue du soldat, et non pas le soldat lui-même, de par l’ordre des mots (Soldier Blue et non Blue Soldier). Toutefois, appelé ainsi pendant tout le film par sa belle compagne, Gant s’avère un “bleu”, au sens français de “nouveau”, “inexpérimenté”, ce qu’il semble en effet en comparaison de l’expérience et des connaissance de Christa.

Distribution Modifier

Fiche technique Modifier


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à Le_Soldat_bleu. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard