FANDOM


La Victoire en chantant est un film français réalisé par Jean-Jacques Annaud, sorti en 1976.

SynopsisModifier

Aux confins du Cameroun et de l'Oubangi, des colons français et allemands apprennent en janvier 1915 que leurs pays sont en guerre... Les premiers décident d’attaquer les seconds en constituant une armée composée uniquement d’autochtones. Les allemands font de même…


C'est l'histoire de quelques coloniaux d'une France profonde dans une Afrique noire bien plus profonde encore en 1915 et qui laissent passer le temps au même rythme qu'une batterie de poules qui caquettent joyeusement devant eux… à savoir très lentement. Tout le monde s'emmerde fermement et attend l'opportunité de s'amuser un peu. Ce qui devait arriver arriva, avec une bonne année de retard le journal en provenance de l'hexagone arrive jusqu'au bistrot local où tout le monde découvre, abasourdi, qu'une guerre fait rage dans la mère patrie. Les patriotes décident alors de former leur propre armée en recrutant exclusivement parmi les indigènes pour aller corriger la colonie allemande postée à quelques encablures de là sans vraiment se douter qu'une guerre peut être dangereuse.

CritiqueModifier

Le film reçut l'Oscar du meilleur film étranger aux États-Unis en 1977, ce qui motiva une nouvelle sortie en France sous le titre Noirs et Blancs en couleurs, traduction du titre anglais Black and White in Color.

Satire déjà annonciatrice du ton qu'aura Coup de tête? dans la mise en avant d'une lacheté certaine, La victoire en chantant dépeint une certaine naïveté dans tout ce qu'elle a de courageux mais aussi de ridicule et surtout de touchante. Voir ces joyeux dandys, le drapeau français au poing, paré à aller combattre fièrement tout un bataillon alors qu'ils arrivent à peine à traverser un cours d'eau de 10 cm de profondeur en reste probablement le meilleur symbole. Celui d'une comédie légère au postulat original et absoute de gratuité.

Distribution Modifier

  • Jean Carmet : le sergent Bosselet
  • Jacques Dufilho : Paul Rechampot
  • Jacques Spiesser : Hubert Fresnoy
  • Catherine Rouvel : Marinette
  • Dora Doll : Maryvonne
  • Maurice Barrier : Caprice
  • Claude Legros : Jacques Rechampot
  • Jacques Monnet : Père Simon
  • Benjamin Memel Atchory : Assomption
  • Peter Berling : Père Jean de la Croix

Fiche technique Modifier

  • Titre français d'origine : La Victoire en chantant
  • Titre français nouvelle sortie : Noirs et Blancs en couleurs
  • Titre anglais : Black and White in Color
  • Réalisateur : Jean-Jacques Annaud
  • Scénario : Georges Conchon et Jean-Jacques Annaud
  • Directeur de la photographie : Claude Agostini
  • Musique : Pierre Bachelet
  • Durée : 90 minutes
  • Pays : France; Côte d'Ivoire; RFA; Suisse
  • Date de sortie : 22 septembre 1976 (France)

RécompenseModifier

Oscar du meilleur film étranger en 1977 sous les couleurs de la Côte d'Ivoire


Cette page utilise tout ou partie du contenu du Wiki d'Ann. L'original de l'article est sur cette page. La liste des auteurs se trouve sur cette page. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous GNU Free Documentation License.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard