FANDOM



Différents films portent le même nom; voir la page d'homonymie : La Reine Margot

La Reine Margot est un film français réalisé par Patrice Chéreau et sorti en 1994

SynopsisModifier

La vie à la cour et à Paris autour du massacre de la Saint-Barthélemy en août 1572.

Août 1572. Paris est en ébullition. Le protestant Henri de Navarre, futur Henri IV, s'apprête à épouser Marguerite de France, alias Margot, catholique, fille de France, fille de Catherine de Médicis, et sœur de l'instable roi Charles IX. Les deux époux ne s'aiment pas. Il s'agit d'un mariage politique, orchestré par Catherine de Médicis, destiné à apaiser les haines et les rivalités entre catholiques et protestants, et à ménager les susceptibilités du pape Grégoire XIII et de l'Espagne d'une part, et des états protestants d'autre part. La peur, l'hostilité et la violence se ressentent jusque dans Notre-Dame, lieu où le mariage est célébré. Les frères de Margot affichent une morgue sans retenue, et ne cachent pas les relations ambiguës qu'ils entretiennent avec leur sœur. Margot est une princesse arrogante et volage. La reine Catherine ourdit un complot le jour même des noces de sa fille.

Chacune des parties cherche à en découdre et la maladresse de la reine mère, couplée avec les ambitions contraires des divers personnages, sans oublier le goût du pouvoir des princes, fera basculer le pays tout entier dans un terrible massacre, six jours seulement après les noces. Ce sont ces sombres heures qui feront découvrir à Margot des notions qu'elle ignorait jusqu'alors : l'altruisme, l'amitié et l'amour.


Critique Modifier

Patrice Chéreau dépeint une période finissante. Les Valois sont au bord de l'extinction, et les Bourbons, incarnés par Henri de Navarre, futur Henri IV, cible de cette famille, est porteur d'un renouveau politique. La famille royale est présentée comme une famille mafieuse et amorale.

La Reine Margot n’est pas un film historique. Ce n’est pas la prétention du réalisateur. En digne successeur de Dumas, Chéreau a eu la volonté de mettre en mouvement le tableau noir de la légende. Certains le lui reprochent. Contrairement à ce que le film dépeint, la cour des Valois de cette époque est une période resplendissante où la France connaît, après plusieurs années de guerre civile, une véritable renaissance culturelle et politique. Face au monde austère du protestantisme, tombé en désuétude, la cour connaît un renouveau politique très loin du déclin mis en scène par Dumas et le courant historiographique traditionnel.

Chéreau n’a pas voulu retracer la vérité historique mais juste peindre cette légende, ce qu’il a fait avec beaucoup de talent. Il a su mettre en scène ce coté sombre et obscur. On peut voir se dessiner un parallèle entre cette légende noire et les terribles guerres fratricides qui sévissaient à l'époque de la sortie du film en ex-Yougoslavie. À ce propos, le choix de Goran Bregovic comme compositeur de la musique du film n'est certainement pas fortuit. Plutôt que de représenter cette période resplendissante,

La Reine Margot ne laisse pas indifférent. Il peut rebuter par certains aspects : beaucoup de personnages, les dialogues ne permettent pas une compréhension immédiate de la situation, ou de ce qui se trame, les protagonistes parlent de "il", ou de "elle", sans jamais nommer la personne en question. Il y a de plus énormément de sang, de sexe et de violence. Il reste un jeu d'acteur extraordinaire, un Jean-Hugues Anglade époustouflant de démence. Isabelle Adjani est royale en princesse sacrifiée, Virna Lisi incarne une Catherine de Médicis absolument effrayante, calculatrice et vampirique. La sobriété de Daniel Auteuil est également à souligner. Sans oublier les autres compositions.

Le film ressemble à une peinture flamande du XVIe siècle: de superbes photos, des décors sombres et sobres, des costumes flamboyants, et une vision du Louvre comme on ne nous l'avait jamais proposé. Chéreau a réalisé un film extrêmement moderne, défenseur de la tolérance et dénonciateur des dictatures. Son œuvre a été récompensée notamment à Cannes, Grand Prix du Jury, et Prix d'Interprétation Féminine pour Virna Lisi, ainsi qu'à Paris, César de la Meilleure Actrice pour Isabelle Adjani.

RépliquesModifier

  • Catherine de Médicis (Virna Lisi): "Mes catholiques, mes protestants, réunis tous ensembles dans la Maison de Dieu. C'est un symbole ce mariage, ça va tout arranger!"
  • Henri de Navarre (Daniel Auteuil) à Margot (Isabelle Adjani): "Si je vis je serai roi de France."
  • Margot (Isabelle Adjani)à Henri de Navarre (Daniel Auteuil): "Mon frère est roi de France, les deux autres lui succéderont s'il n'a pas d'enfant, et leurs enfants leur succéderont à leur tour. Vos atouts sont bien faibles."
  • Margot (Isabelle Adjani) à Henri de Navarre (Daniel Auteuil): "Jésus dirait à votre roi: exposez-vous à la noyade, exposez-vous aux vents de l'océan, partez de cette Cour. Mais n'attendez pas d'être la victime, ou le témoin d'une catastrophe! Moi je vous dis fuyez ce soir, maintenant! Ils ont tué votre mère la première, aujourd'hui ils ont voulu tuer Coligny, demain ce sera vous."
  • Charles IX (Jean-Hugues Anglade) à Catherine de Médicis (Virna Lisi): "Vous voulez la mort de l'Amiral ? Moi aussi! Moi aussi! Mais alors, tous les autres dans toute la France doivent y passer avec lui. Pas un seul ne doit rester. Pas un seul qui puisse venir m'en faire le reproche!"
  • Catherine de Médicis (Virna Lisi) à Margot (Isabelle Adjani): "J'ai voulu la Paix, Margot! La Paix pour le Royaume, la Paix pour mes enfants. À partir d'aujourd'hui tu ne quitteras plus le Louvre, comme ça tu resteras avec ton mari et vos amis protestants."
  • Margot (Isabelle Adjani) à Catherine de Médicis (Virna Lisi): "Et alors ? Mon père vous a fait dix enfants, sans jamais quitter une seule fois le lit de sa maîtresse!"
  • Catherine de Médicis (Virna Lisi) à Margot (Isabelle Adjani): "Il m'a aimé à sa façon. Il m'a fait dix enfants en effet..."
  • Margot (Isabelle Adjani) à Catherine de Médicis (Virna Lisi): "Leur santé est à l'image de son désir pour vous. Ils sont tous malades".
  • Catherine de Médicis (Virna Lisi) à Henri de Navarre (Daniel Auteuil): "Anjou va nous quitter. Mon cœur saigne, tu sais. Mes enfants, je les aime tant tous les trois... je veux dire tous les quatre."

DistributionModifier

Fiche techniqueModifier

RécompensesModifier

Festival de Cannes 1994:

  • Prix du Jury et prix de la meilleur actrice pour Virna Lisi

Césars du cinéma 1995:


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard