FANDOM


La Femme infidèle est un film franco-italien réalisé par Claude Chabrol et sorti en 1969.

SynopsisModifier

Charles Desvallées a de bonnes raisons de croire à l'infidélité de sa femme. Afin d'en avoir la certitude, il engage un détective. Apprenant l'identité de l'amant, l'écrivain Victor Pégala, il se rend chez lui. Après une courte conversation franche, il le tue.

Ayant découvert l'adresse d'Hélène dans un carnet de Pégala, la police interroge l'épouse infidèle. Desvallées ne dit mot, mais sa femme comprend qu'il est l'assassin de Pégala. Hélène sait désormais que Charles est follement amoureux d'elle. Juste au moment où la police vient arrêter Desvallées, sans que rien ne soit dit entre les deux époux, elle échange avec lui un long regard d'amour.

CritiqueModifier

Avant le générique, la mère de Charles Desvallées observe, sur une photo de son fils jeune, que celui-ci s'est un peu empâté ; ce que sa belle-fille, Hélène, conteste poliment. Cette séquence préfigure le conflit qui animera tout le film : celui opposant les images et les mots. Ainsi, Charles accorde plus de crédit à l'attitude d'Hélène qu'aux explications de celle-ci. Certes, le langage lui-même, dans la Femme infidèle, est double : lorsque la famille Desvallées, pour fêter le succès scolaire du fils, porte un toast « à cette journée mémorable », l'expression revêt des significations différentes dans la bouche de chacun. Michel, le fils, pense à sa bonne note ; Hélène, à son amant qu'elle n'a pas vu ; Charles, au crime qu'il vient de commettre.

Ce film est le prototype parfait des "drames bourgeois" tournés par Chabrol dans les années 60, et qui marqueront plus ou moins tout le reste de sa carrière.

Fondamentalement, le problème du couple Desvallées est sa difficulté à communiquer. En témoigne cette scène remarquable du couché où les corps sans désir ne veulent pas se toucher. Hélène n'a pas osé dire sa sensualité que Charles a soupçonné trop tard. Elle parle avec des symboles ; par exemple, en offrant à son mari un énorme briquet pour leur anniversaire de mariage '. Cruelle ironie, ni le mari, ni (plus tard) l'amant à qui Hélène donne l'objet, n'en perçoivent le sens. De son côté, Charles n'ose dire l'amour qu'il porte à son épouse. Michel Bouquet exprime d'ailleurs merveilleusement cette méfiance du langage qui caractérise le personnage.

Tout se passe comme si l'aventure d'Hélène, qui brise le couple, résultait d'un malentendu, au sens premier du terme. Hélène n'a pas « entendu » l'amour de Charles, et lui n'a pas « entendu » les désirs de sa femme. Ni l'un ni l'autre n'ont été « dits ». Chabrol affirme ainsi, en dernière instance, la prédominance des mots, du langage. Au-delà des images, de leur apparence trompeuse, il y a la vérité du discours, sur laquelle repose la « traversée des apparences ».

Le meurtre de l'amant, Pégala, fonctionne donc ici comme un révélateur, et l'ironie chabrolienne ne se prive pas de souligner les paradoxes de cette révélation. La disparition de son amant ne touche la belle Hélène que le temps d'un sanglot vite étouffé, et le dernier regard qu'elle jette à son mari semble confirmer ce dont le collègue de Charles, grand amateur de femmes, était convaincu : celles-ci, en définitive, se moquent du sexe.

D'un récit parfaitement linéaire, la Femme infidèle reste une des grandes réussites du réalisateur. Les personnages sont l'objet d'un regard clinique (digne des Bonnes Femmes}. Charles, que nous soupçonnons de paranoïa, bien qu'à tort, puisque l'adultère est bien réél, révèle en fait notre propre névrose. Nous pensons évidemment au personnage de El de Luis Buñuel, même si, audemeurant, la figure du soupçon et la trame policière demeure typiquement évocateur du cinéma d'Hitchcock.

DistributionModifier

  • Stéphane Audran : Hélène Desvallées
  • Michel Bouquet : Charles Desvallées
  • Maurice Ronet : Victor Pegala
  • Stéphane Di Napoli : Michel Desvallées
  • Michel Duchaussoy : inspecteur Duval
  • Henri Marteau : Paul
  • Serge Bento : Bignon
  • Louise Chevalier : Marie
  • Louise Rioton : Mamy
  • Donatella Turri : Brigitte
  • François Moro-Giafferi : Frédéric
  • Dominique Zardi : chauffeur camion
  • Guy Marly : Gobet
  • Henri Attal : client café
  • Michel Charrel : agent circulation
  • Albert Minsky : patron du King Club
  • Jean-Marie Arnoux : témoin.
  • Lorraine Rainer : Françoise
  • Claude Chabrol : petit rôle/voix

Fiche techniqueModifier



Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard