Fandom

Film Wiki

La Belle Noiseuse

2 864pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

La Belle Noiseuse est un film français de Jacques Rivette, sorti en 1991.

Synopsis Modifier

Nicolas, peintre débutant, rêve de rencontrer son aîné, le célèbre Édouard Frenhofer. Par l'intermédiaire de Balthazar Porbus, un marchand de tableaux, il est introduit avec Marianne, sa compagne, dans la demeure de Frenhofer.

Celui-ci les emmène dans l'atelier qu'il a déserté et leur parle de La Belle Noiseuse, un tableau abandonné depuis 10 ans, et pour lequel sa femme Liz avait servi de modèle.

D'un commun accord, ils décident que Marianne sera la nouvelle belle Noiseuse bis.

Celle-ci se rebelle contre une décision prise sans elle, mais le lendemain elle se présente à la porte de la maison. Pendant les cinq journées de pose, la tension va monter entre les différents protagonistes.

Nicolas est le jeune Nicolas Poussin et Frenhofer son maître. L'histoire se passe au début du XVIIe siècle, mais Balzac, tout comme Rivette qui a replacé l'action dans un cadre contemporain, parlent ici de la création artistique en général et de ses rapports avec l'imitation du modèle réel, un thème éternel.

Critique Modifier

Il ne fait pas de doute, en apparence, qu'à l'intérieur d'une seule et même Belle Noiseuse, ce sont deux films qui cohabitent, le premier (qui s'ouvre sur ce prologue-hameçon à la belle virtuosité entre Marianne et Nicolas) prenant appui sur un marivaudage qui deviendra plus grave au fur et à mesure de son frottement au second film, ce film presque documentaire sur les séances, les journées (au sens presque sadien du terme) que le peintre Frenhofer (joué par Piccoli mais dont la main n'est autre que celle du peintre figuratif Bernard Dufour) passera en atelier avec Marianne pour essayer de mener une nouvelle fois à terme la réalisation d'un tableau, La Belle Noiseuse. Cela ne fait nul doute (et la version courte du film, Divertimento, corrobore cette scission entre deux films distincts) et pourtant, à bien les regarder, ces deux noiseuses n'en finissent jamais de s'entrecroiser, de brouiller leur piste, de donner - l'une dans le romanesque, l'autre dans le document brut - des informations l'une sur l'autre. Sans doute parce que, plus de dix ans après L'Amour fou et en prenant (ce n'est pas un hasard) une fois encore le temps de s'immiscer dans le processus créatif immense, ici celui qui lie un peintre à son modèle, avec l'ambiguïté et la fragilité que le nu impose à l'intérieur même de cette relation, La Belle Noiseuse ne pose qu'une question déclinée sous ses diverses formes : la possession est-elle possible ? l'idée de posséder quelqu'un, sinon quelque chose de quelqu'un, n'est-elle pas pure folie ?

De même que l'amoureux se trompe en croyant posséder celle qui est l'objet de son amour (Nicolas et Marianne, Liz et Frenhofer), de même que le peintre s'illusionne lorsqu'il croit s'emparer des secrets intimes de son modèle en la regardant, lentement, avidement, et de si prés, en la re-produisant, l'artiste se fourvoie en croyant achevée l'oeuvre qui le maintient en vie. C'est sur cette leçon, laissée ouverte, sur les possessions impossibles que le film prend soin de ne pas se clore, avec douceur et en bon terme avec son intelligence, en ne montrant pas le tableau achevé, en posant comme anecdotique le désir de vouloir s'affranchir par le regard d'un travail accompli. C'est cette fin ouverte qui donne à La Belle Noiseuse son horizon, sa respiration, cette façon de vouloir croire un peu encore à cette illusion d'une oeuvre à faire, alors que tout dans son cheminement repose sur une bien plus grande liberté, sur un pari bien plus risqué : laisser le temps écrire le roman des hommes, celui de leurs amours, de leur attirance comme de leur répulsion, laisser à la mise en scène le soin de capturer sur la longueur les fils invisibles que tissent entre eux les êtres. Le film tient tout entier dans son tracé, jamais dans l'achèvement.

Passionnant document sur le travail de l'art en train de se faire, formidable projet d'un film en forme de "work in progress" guidé par ses instincts, tentative ébouriffante de rejoindre une fois encore par la pratique l'axiome que Rivette, jeune critique aux Cahiers du cinéma, avait posé sur le cinéma suivant lequel "tout film est un documentaire sur son propre tournage" (belle idée fixe, qu'il ne trompera jamais), idéal exemple d'un cinéma moderne épris d'image-temps selon la découpe deleuzienne, La Belle Noiseuse (adapté d'un texte de Balzac, Le Chef-d'oeuvre inconnu) est, l'un dans l'autre, un des films les plus courageux qui soient sur les passions humaines et leur mise à nu.

Distribution Modifier

  • Michel Piccoli - Edouard Frenhofer
  • Jane Birkin - Liz
  • Emmanuelle Béart - Marianne
  • Marianne Denicourt - Julienne
  • David Bursztein - Nicolas
  • Gilles Arbona - Porbus
  • Marie Belluc - Magali
  • Marie-Claude Roger - Françoise
  • Leïla Remili - La servante
  • Daphne Goodfellow - Deux touristes
  • Susan Robertson - Deux touristes
  • Bernard Dufour - La main du peintre

Fiche technique Modifier

  • Titre  : La Belle Noiseuse
  • Réalisation : Jacques Rivette
  • Scénario : Pascal Bonitzer, Christine Laurent, Jacques Rivette; inspiré d'Honoré de Balzac : Le Chef d'œuvre inconnu publiée en 1831
  • Dialogue : Pascal Bonitzer, Christine Laurent
  • Photographie : William Lubtchansky
  • Musique : Igor Stravinsky
  • Montage : Nicole Lubtchansky
  • Décors : Emmanuel de Chauvigny
  • Costumes : Laurence Struz
  • Production : Martine Marignac pour Pierre Grise Productions
  • Date de sortie : 4 septembre 1991
  • Durée : 240 minutes (4h00)
  • La Belle Noiseuse a remporté le grand prix du jury du festival de Cannes 1991.
  • Prix Méliès
  • En 1993, Jacques Rivette en propose un montage de 125 minutes intitulé La Belle noiseuse. Divertimento.

SourceModifier


Cette page utilise tout ou partie du contenu de Wikipédia francophone. L'original de l'article est à La_Belle_Noiseuse. La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous Creative Commons Attribution-Share Alike License 3.0 .

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard