FANDOM


Ernst Ingmar Bergman, né à Uppsala le 14 juillet 1918 et mort le 30 juillet 2007 sur l'île de Fårö, est un metteur en scène de théâtre, scénariste, et réalisateur de cinéma suédois. Il s'est imposé comme l'un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma en proposant une œuvre s'attachant à des thèmes métaphysiques (Le Septième Sceau), à l'introspection psychologique (Persona) ou familiale (Cris et chuchotements, Fanny et Alexandre) et à l'analyse des comportements du couple (Scènes de la vie conjugale). Il est le seul cinéaste à avoir obtenu la Palme des Palmes au Festival de Cannes en 1997.

Biographie Modifier

Enfance Modifier

Ingmar Bergman naît en 1918. Il est le fils cadet d'une famille de trois enfants : un frère aîné, Dag, et une sœur plus jeune, Margareta, qui vient au monde quatre ans plus tard. Le jeune Ingmar Bergman vit une enfance tourmentée ; ses relations avec sa mère et son frère sont contrariées par les manipulations et les chantages affectifs. Le père est un pasteur luthérien ambitieux. Le presbytère où vit la famille est ouvert à tous les paroissiens et se doit d'être modèle. Sans doute cédant à cette pression sociale, le père soumet sa famille à une discipline extrêmement rigide. Les enfants sont élevés dans la traque obsessionnelle du péché et du repentir. Les punitions corporelles sont courantes et ritualisées. L’auteur conserve un traumatisme de cette éducation rigide qui affleure dans certaines de ses œuvres.

C’est au sein des proches de la famille qu’il s’épanouit. Il passe le meilleur de son enfance chez sa grand-mère à Uppsala qui l'emmène au cinéma. Ingmar Bergman se découvre pour cet art une passion précoce. Lors d'un Noël, une riche parente fait cadeau aux enfants d'un cinématographe. L'appareil est doté de lentilles et d'un système de projection.. Ce cinématographe agit comme révélateur pour le futur réalisateur, il baptisera plus tard sa société de production Cinematograph. À 12 ans, son père obtient qu'il puisse visiter les studios cinématographiques suédois de Rasunda, en banlieue de Stockholm. C'est, pour lui, comme « entrer au paradis ».

Quant au théâtre, dans lequel il fait aussi carrière, il s'y rend régulièrement depuis tout jeune. Ingmar Bergman a l’occasion de l’observer en coulisse grâce à un musicien qui joue derrière la scène pour une mise en scène du Songe d’August Strindberg, un de ses auteurs préférés6, et qu’il mettra lui-même en scène à plusieurs reprises. Ses lectures l’emmènent aussi vers Dostoïevski, Balzac, Flaubert, Nietzsche…

Dans le cadre d’un programme d’échange, il part pour l’Allemagne, dans la région de Thuringe, en 1934. Le pays est alors plongé dans la tourmente nazie. Sa famille d’accueil l'emmène assister à une prestation d'Adolf Hitler dans un stade sportif à Weimar. Il se retrouve fasciné par le discours du Führer. De retour en Suède, le milieu dans lequel il vit, essentiellement germanophile, est de la même façon imprégné par l’idéologie nazie. Son frère est un des fondateurs et membre actif du parti national-socialiste suédois. Le traumatisme de la découverte des camps d'extermination par la suite le conduira à prendre ses distances avec la politique.

Ingmar Bergman s'inscrit en 1937 en Histoire et Littérature à l'université de Stockholm. Il y suit des cours de Martin Lamm, professeur réputé, spécialiste de Strindberg et d’Emanuel Swedenborg. Ses études, cependant, sont contrariées par un emploi du temps chargé, quasi entièrement consacré au théâtre. Il participe en effet bien vite à l’activité théâtrale d’une maison des jeunes, le Mäster Olofsgården, où il mettra en scène des pièces de Strindberg, de Shakespeare, de Suttone Vane et de Doris Rönnqvist. On lui offre épisodiquement la possibilité de travailler avec des professionnels au sein du Studio dramatique. Un temps acteur, il finit par définitivement se tourner vers la mise en scène. Il assurera aussi la direction de plusieurs pièces données au théâtre des étudiants dont Le Pélican de Strindberg. Il noue à cette occasion une relation amoureuse avec une jeune actrice érudite. Cette liaison parvient aux oreilles de ses parents, qui réprouvent la vie tumultueuse de leur fils. À la suite d’une explication violente, Ingmar Bergman quitte définitivement le foyer familial pour s’installer avec sa maîtresse. La relation prend néanmoins fin lorsque Ingmar Bergman se voit proposer une tournée en province qui le conduit par la même occasion à précipiter la fin de ses études.

Au printemps 1939, dans la nécessité de trouver un emploi, il tente sans succès de se faire embaucher au Théâtre dramatique royal de Stockholm, et doit se rabattre sur un poste d’assistant à la mise en scène à l’Opéra royal où il est occasionnellement souffleur. La Seconde Guerre mondiale éclate quand Ingmar Bergman doit accomplir son service national mais il est aussitôt démobilisé à cause d'un ulcère. En repos chez sa grand-mère en Dalécarlie, il écrit une douzaine de pièces de théâtre et un opéra. Il met en scène l’une d’elles, La Mort de Polichinelle, largement inspirée de pièces de Strindberg. À la fin de la représentation, il est approché par Carl Anders Dymling, directeur de la Svensk Filmindustri, et Stina Bergman, directrice du service des scénarios, qui lui proposent un emploi pour écrire et revoir les scénarios produits par la société.

Intégré dans une équipe de six scénaristes, il est parfois envoyé sur des tournages pour corriger des dialogues. Les méthodes d’écriture sont empruntées aux méthodes américaines alors en vogue. Ingmar Bergman leur préfère pourtant les films français de l’époque : Jean Renoir, Marcel Carné, Julien Duvivier. Il fait la connaissance de Gustaf Molander à qui il fait lire un scénario inspiré de ses années d’études. Celui-ci en recommande l'adaptation à la production qui confie la réalisation à Alf Sjöberg. Ingmar Bergman fait des pieds et des mains pour assister au tournage ; il obtient un poste de script-boy. Impatient d’en découdre et audacieux, il tente à plusieurs reprises de s’immiscer dans le travail du réalisateur.

Dans le même temps, la commune de Helsingborg cherche à sauver son théâtre municipal et propose sa direction à Ingmar Bergman. Le théâtre est en piteux état mais il accepte. Il est alors marié à une jeune danseuse et chorégraphe, Else Fischer, qui a accouché d’une enfant à la fin de l’année 1943. Le bébé et sa mère sont atteints de la tuberculose et Ingmar Bergman enchaîne mises en scène et scénarios pour faire face aux frais d’hospitalisation. En 1945, la Svensk Filmindustri lui commande l’adaptation et la réalisation d’une pièce de théâtre. Ingmar Bergman est enthousiaste mais il pèche par orgueil et néglige son manque d'expérience. Le tournage a lieu en été dans des conditions catastrophiques. Il se fait un ennemi du chef opérateur, davantage porté sur le documentaire, il peine à maîtriser ses troupes, le mauvais temps se met de la partie lors des extérieurs, le laboratoire gâche les pellicules et la production du film doit souffrir d’un accident du travail lors d’une prise en studio. Tout au long de l’épreuve, il recueille les conseils du cinéaste Victor Sjöström et ceux, avisés, de son monteur expérimenté, Oscar Rosander, qui l’aide à remettre le film sur pied. Crise (Kris), premier film réalisé par Ingmar Bergman, sort en 1946.

Ingmar Bergman poursuit son travail au théâtre municipal de Helsingborg et continue à écrire des scénarios pour la Svensk Filmindustri. Il monte l’une de ses pièces, Rachel et l’ouvreuse de cinéma, qu’il adaptera plus tard pour L'Attente des femmes. Sa femme qui devait initialement pourvoir un poste de chorégraphe au sein du théâtre doit être remplacée en raison de sa maladie. Elle lui recommande une amie : Ellen Lundström avec laquelle il noue une liaison qui conduit les époux à divorcer. À l’automne 1946, le jeune couple déménage pour Göteborg où Ingmar Bergman obtient un poste de metteur en scène au théâtre municipal. L’endroit est sous la coupe de son directeur Torsten Hammarén qui devient son mentor et lui enseigne des techniques de mise en scène pour une pièce d’Albert Camus, Caligula, avec le comédien Anders Ek.

Après l’échec de Crise, la Svensk Filmindustri rechigne à renouveler l’expérience de la réalisation avec Ingmar Bergman. C’est donc avec le producteur Lorens Marmstedt, qu’il dirige ses trois prochains films : Il pleut sur notre amour (Det regnar på vår kärlek, 1946), L'Éternel Mirage (Skepp till India land, 1947) et Musique dans les ténèbres (Musik i mörker, 1948). Ces premiers films sont très empreints de l’influence du cinéma français des années 1930 et notamment de Marcel Carné.

Durant l’été 1950, Ingmar Bergman traverse alors de graves difficultés financières et doit solliciter un important prêt à la Svensk Filmindustri qui le lui consent en échange d’une exclusivité sur plusieurs scénarios et des honoraires à la baisse. Il accepte de réaliser des films publicitaires pour des savons et une œuvre de commande, Une telle chose ne se produirait pas ici.

Ingmar Bergman est nommé directeur artistique du Théâtre municipal de Malmö en 1952. Il exécute plusieurs mises en scène, certaines puisant dans le répertoire classique (Peer Gynt, Le Misanthrope), des opérettes (La Veuve joyeuse) ainsi que deux de ses propres pièces : Peinture sur bois et Meurtre à Bajärna. Il poursuit aussi ses adaptations radiophoniques avec des pièces de Strindberg et les Noces de sang de Federico García Lorca (1952). Le travail théâtral de l’auteur se double d’une intense activité cinématographique. Il sort successivement La Nuit des forains (Gycklarnas afton, 1953), Une leçon d'amour (En Lektion i kärlek, 1954) et Rêve de femmes (Kvinnodröm). À l’automne 1955, après le tournage de Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende, 1955), victime du surmenage et d’un ulcère qu’il traîne déjà depuis de nombreuses années, il est hospitalisé.

Déjà amorcée avec La Prison, la maturation du cinéma de Bergman est, à la veille de la réalisation du Septième Sceau, déjà accomplie. L’influence du cinéma français de l’avant-guerre s’est effacée au profit d’un style plus personnel. Ville portuaire (Hamnstad, 1948) ou Monika, sont encore influencés par le cinéma italien néoréaliste mais son style personnel s’affirme. On trouve dans les films qu’il dirige entre 1948 et 1955, nombre de caractéristiques de l’empreinte personnelle du réalisateur : interrogations métaphysiques sur la vie et la mort , érotisme prégnant, désillusion conjugale , le spectacle. Sa vision de la féminité notamment détonne. Dans cette thématique, son langage cinématographique se positionne davantage du côté de la femme ; c’est au travers de leur regard que l’attitude des hommes est brocardée : les personnages féminins sont nuancés quand les personnages masculins sont au contraire typés.

=La reconnaissanceModifier

La réputation d’Ingmar Bergman passe les frontières suédoises avec Sourires d’une nuit d’été qui est sélectionné au Festival de Cannes en 1956. Le film, dont l'accouchement s'est fait dans la douleur, y fait figure d'une surprise appréciable et obtient d'ailleurs un « prix de l'humour poétique » (sic). Mais c’est lors de la sélection de l’année suivante, avec Le Septième Sceau, qu’il fait sensation. Le film, plus grave, est adapté de l’une de ses propres pièces en un seul acte (Peinture sur bois). L’intrigue sous forme d’allégorie tourne autour de la mort et du jugement dernier. L’accueil critique est enthousiaste. Le clou est enfoncé avec Les Fraises sauvages dans lequel il fait jouer l’un des pionniers du cinéma suédois, Victor Sjöström qui jouait déjà dans Vers la joie. Il décroche à cette occasion l’Ours d'or du meilleur film au Festival de Berlin.

La critique suédoise, jusque-là très réservée, se fait dorénavant moins sévère qu’elle n’était à l’égard de ses œuvres. Les studios suédois lui laissent les coudées franches et une pleine liberté de création. Le réalisateur reçoit aussi plusieurs sollicitations et de plusieurs pays pour tourner des films. Néanmoins, il préférera continuer à tourner en Suède. Ingmar Bergman a désormais l’habitude d’alterner théâtre, le courant de l’année, et cinéma, l’été. Il aime s’entourer de sa propre équipe et redoute le sort de certains de ses compatriotes, tels Victor Sjöström ou Mauritz Stiller qui s’expatrièrent aux États-Unis pour finalement tomber dans l'oubli.

À travers le miroir (Såsom i en spegel, 1961) a des résonances métaphysiques, cherchant l'existence de Dieu par le truchement de la folie de son personnage principal, Karin. Ce film marque selon lui la fin d'un cycle et Les Communiants, une rupture. Ce dernier film, très inspiré de la figure de son père, règle ses comptes avec Dieu au travers d’un pasteur qui perd la foi ; l’existence de Dieu se trouve brusquement ébranlée et le monde apparaît aux yeux du personnage dans toute sa crudité.

Ingmar Bergman se trouve alors dans une bonne situation financière. Il épouse une pianiste professionnelle, Käbi Laretei, dont il a un enfant, et s’installe à Djursholm. Sommet de sa carrière théâtrale, il est enfin nommé directeur du Théâtre dramatique royal de Stockholm en janvier 1963 et entre dans ces nouvelles fonctions en juillet. Il y met en scène Qui a peur de Virginia Woolf ? d’Edward Albee.

Ingmar Bergman tombe sous le charme de l'île de Fårö. Il y bâtit une maison et y tourne plusieurs de ses films dont Persona. L'île sera aussi le sujet de deux documentaires qu'il lui consacre à dix ans d'intervalle, intitulés tous deux Mon île Faro (Fårö-dokument), en 1969 puis en 1979.

Le tournage de Persona, l’un des films les plus importants de la filmographie de Bergman, démarre en juillet 1965 sur l’île de Fårö.« Persona » est le terme latin pour « masque », celui porté par les comédiens dans les tragédies antiques. Le film joue sur une dualité de l’individu, écartelé entre son moi en représentation dans la société, et son moi intime et authentique.

Ingmar Bergman épouse Ingrid von Rosen en novembre 1971, elle reste sa femme jusqu’à sa mort en 1995. Il fait un séjour avec elle à Los Angeles pour diriger un séminaire sur le cinéma. Il y rencontre des cinéastes comme William Wyler et Billy Wilder. Cependant, un contrôle fiscal de l'entreprise met un terme brutal à ses projets, et va jusqu'à entraîner l'arrestation du cinéaste le 30 janvier 1976. Inculpé de fraude fiscale, le metteur en scène alors en pleines répétitions d'un spectacle, est emmené par la police pour un interrogatoire. Il est relâché une fois l'entretien terminé. L'événement fait la une des journaux et engendre un véritable battage médiatique. Empreint d'une vive émotion, le cinéaste se cloître chez lui ; sous l'impulsion de sa femme, il est conduit à l'hôpital psychiatrique quelques jours après. Ingmar Bergman apprend que les poursuites à son encontre sont finalement abandonnées un mois plus tard, tandis qu'il se repose dans sa maison sur l'île de Fårö. Le 22 avril, il publie par voie de presse une lettre ouverte dans laquelle il s'explique de ses démêlés avec le Trésor public et annonce qu'il quitte la Suède. Il se rend d'abord à Paris, mais la pression médiatique dont il y fait l'objet l'engage à changer ses plans. Il s'installe finalement à Munich.

Le séjour allemand dure finalement neuf années. Ingmar Bergman retisse progressivement des liens avec la Suède. Il y retourne passer des vacances et effectue notamment une mise en scène du Roi Lear au Théâtre dramatique de Stockholm en 1983. Il est contraint d'y poser sa caméra pour le film Fanny et Alexandre (Fanny och Alexander, 1982) inspiré en partie de souvenirs d'enfance.

Ingmar Bergman prend sa décision de se retirer du cinéma en 1982. La retraite annoncée reste pourtant active. La suite de sa carrière depuis lors se concentre, certes à un rythme moins soutenu qu'auparavant, au théâtre et à la réalisation de téléfilms. Une partie des téléfilms vont encore faire l'objet de sortie en salle, mais contre la volonté du réalisateur, pour qui ces œuvres audiovisuelles sont uniquement destinées au petit écran.

Le cinéaste s'attache très nettement à distinguer son œuvre cinématographique qu'il estime achevée avec Fanny et Alexandre, de son œuvre télévisuelle qui perdure. Reste que cette dernière emprunte les mêmes thématiques et questionnements et, à cet égard, il est difficile de s'empêcher de les mettre en perspective. Les téléfilms qu'Ingmar Bergman réalise, évoquent par exemple, comme d'autres films, le processus créatif et s'inspirent de sa propre histoire. Si l'on exclut l'idée d'une continuité, ils peuvent sans doute être vus comme une forme de résonance des thèmes et intrigues de ses films, comme une réflexion sur son œuvre cinématographique.

Depuis 1995, l'année où sa femme Ingrid décède d'un cancer de l'estomac, le cinéaste estime avoir perdu le goût de la vie. Il en fait l'aveu en 2000, lors d'un entretien télévisé en compagnie d'Erland Josephson : « Continuer à vivre me laisse indifférent. Je tente de maintenir ma vie en ordre, de respecter un schéma. Je me lève à six heures, je travaille méthodiquement le matin. Ensuite il y a le théâtre. Mais le fait même de vivre est lourd. » Après la sortie de Sarabande, Ingmar Bergman cesse toute activité artistique. Il meurt le 30 juillet 2007 à l’âge de 89 ans dans sa maison sur l’île de Fårö, le même jour que Michelangelo Antonioni.

Filmographie Modifier

Réalisateur et scénariste Modifier

Scénariste Modifier

Modèle:Liste scénaristes

Citations Modifier

  • « Il faut tourner chaque film comme si c’était le dernier »
  • « C’est l’ombre de la mort qui donne relief à la vie »
  • « On naît sans but, on vit sans comprendre, et on meurt anéanti »
  • « La vieillesse est comparable à l’ascension d'une montagne. Plus vous montez, plus vous êtes fatigué et hors d’haleine, mais combien votre vision s’est élargie ! »
  • « La première chose que doivent apprendre les jeunes élèves d’art dramatique, ce n’est pas l’ivresse du théâtre mais bien ses exigences »
  • « Rien de plus facile que d’effrayer un spectateur. On peut littéralement l’affoler, car la plupart des gens ont dans quelque partie de leur être une peur toute prête à éclore »
  • « Le cinéma en tant que rêve, le cinéma en tant que musique. Aucun art ne traverse, comme le cinéma, directement notre conscience diurne pour toucher à nos sentiments, au fond de la chambre crépusculaire de notre âme »

Distinctions Modifier

Oscar du cinéma 
Berlinale 
Festival de Cannes 
  • 1956 : Sélectionné en compétition officielle avec Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)
  • 1956 : Meilleur humour poétique pour Sourires d'une nuit d'été (Sommarnattens leende)
  • 1957 : Prix du Jury pour Le Septième Sceau (Det sjunde inseglet)
  • 1958 : Sélectionné en compétition officielle avec Au seuil de la vie (Nära livet)
  • 1958 : Prix du meilleur réalisateur pour Au seuil de la vie (Nära livet)
  • 1958 : Prix de la mise en scène pour Au seuil de la vie (Nära livet)
  • 1960 : Sélectionné en compétition officielle avec La Source (Jungfrukällan)
  • 1960 : Mention spéciale pour La Source (Jungfrukällan)
  • 1973 : Grand prix pour Cris et chuchotements (Viskningar och rop)
  • 1997 : Palme des palmes, récompense spéciale décernée lors du cinquantenaire du Festival de Cannes 1997
  • 1998 : Prix du jury Œucuménique
César du cinéma 
Mostra de Venise 

Écrits de Bergman Modifier

  • Images, Gallimard, Paris, 1992
  • Les meilleures intentions, Gallimard, Paris, 1992
  • Laterna Magica, Gallimard, Paris, 1987


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Ingmar Bergman sur sa fiche IMDB

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.