FANDOM


Désordre , film français de Olivier Assayas, sorti en 1986

Analyse critiqueModifier

Un groupe de jeunes gens, Yvan, Anne, Henri, liés par la musique qu'ils font ensemble, commettent accidentellement un crime. La police ne les soupçonnera jamais, mais leur destin sera bouleversé, le leur et celui de leurs proches, complices involontaires du drame. «Oui, c'est un film noir, mais noir comme l'est le romantisme de l'adolescence, à la fois tourmenté, fiévreux et torturé par un trop plein de vie. C'est une période qu'on peut difficilement traiter d'une façon légère et gaie.» Ils se séparent, et ne se retrouveront qu'à la mort de l'un deux.

Désordre ne signifie pas chaos ou destruction. C’est un ordre contraire au monde normé et rationnel. C’est le désordre d’une jeunesse de la fin des années 1980. Une jeunesse passionnée de musique. Ils veulent vivre de leur passion, du moins vivre avec leur passion. Et face aux difficultés et différents rencontrés, ils se voient dans l’obligation existentielle d’une restructuration.

La mise en scène n’est pas pour autant désordonnée et cataclysmique comme pourrait le laisser à penser le titre. Assayas choisit un récit linéaire. Les séquences sont courtes par la durée et brèves par l’action. Les ellipses disséminées avec brio et parcimonie. Les scènes sont presque toujours "intérieur nuit" et les couleurs sont aseptisées ; tout comme les voix qui sont par leurs sonorités un discours en elles-mêmes sur le monde.

Ce désordre, c’est surtout l’impossibilité de l’autre qui est là, au sein du couple ou du groupe, et qui gêne. Les dialogues se suivent, sur le soi et le moi de chacun. C’est un film placé sous le signe du serment, du non-dit. Les uniques moments de couleurs viennent par la musique, passion et mal de cette jeunesse perçue comme anarchique durant la Nouvelle Vague . Et encore, c’est une couleur artificielle des néons d’un magasin d’instruments de musique (lieu originel du drame), ou celle d’une boîte miteuse. Face à ce désordre, les protagonistes font leurs choix, malgré eux. Il y a le service militaire ou la disparition, ou encore la mort.

« Olivier Assayas n’a pas le moral et c’est très encourageant. Mieux vaut sa maladie que la santé qu’on nous propose. Ses adolescents implacables, trop brutalement mâturés, poussés de force dans la lumière crue des illusions perdues, nous vengent des connards inspirés qu’on jette aujourd’hui sur le tapis comme un reproche, tous ces sinistres optimistes qui, n’est-ce pas, ont de l’ambition. D’une autre main, tout aussi vigoureuse, Désordre désinfecte la religion du branchement, l’hypothétique culture rock, toutes ces hypothèses tribales qui protègent la vie. Désordre est le film d’une génération désengagée, comme on disait, dans la turbulence des années 1970, qu’il fallait s’engager. Mais cette désertion n’a rien d’une neurasthénie. Plutôt l’espoir sobre et coupant qu’il va falloir, désormais célibataires, s’habituer à vivre juste. »
Gérard Lefort, Libération

DistributionModifier

  • Wadeck Stanczak : Yvan
  • Ann-Gisel Glass : Anne
  • Lucas Belvaux : Henri
  • Rémi Martin : Xavier
  • Corinne Dacla : Cora
  • Simon de La Brosse : Gabriel
  • Étienne Chicot : Albertini
  • Philippe Demarle : Marc
  • Juliette Mailhe : Cécile
  • Étienne Daho : Jean-François

Fiche techniqueModifier

  • Réalisation et scénario : Olivier Assayas
  • Photographie : Denis Lenoir
  • Montage : Luc Barnier
  • Musique : Gabriel Yared
  • Production : Claude-Éric Poiroux
  • Durée : 91 minutes
  • Date de sortie : 12 novembre 1986
  • Récompense : Prix de la critique internationale au Festival de Venise, 1986

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard