FANDOM


Baisers volés est un film français de François Truffaut sorti en 1968. Il s'agit du deuxième volet des aventures d'Antoine Doinel.

SynopsisModifier

Antoine Doinel (Jean-Pierre Léaud) vient de quitter l'armée, où il s'était engagé. Amoureux de Christine Darbon (Claude Jade), il fait divers petits métiers : veilleur de nuit dans un hôtel, il se fait renvoyer, ayant participé malgré lui à la découverte d'un adultère par un détective privé. Il se fait embaucher dans l'agence de détective, mais n'est pas très doué pour les filatures, le directeur de l'agence lui confie une mission dans le magasin de chaussures de Monsieur Tabard, mais Antoine tombe amoureux fou de Madame Tabard. Renvoyé à nouveau, Antoine devient dépanneur de téléviseurs et Christine, profitant de l'absence de ses parents l'appellera sous un prétexte fallacieux pour réparer une télévision qu'elle a détraquée elle-même. Le récit passera de la vision d'un Antoine qui commence à s'escrimer sur l'appareil à celle d'un appartement vide. La caméra suit les pièces éparses de la télévision sur le sol pour nous mener dans la chambre parentale où Antoine et Christine dorment ensemble. Alors initié, il pourra susciter le désir de Christine. Mais, au matin, Antoine abandonne le pur mouvement du désir pour une pratique plus socialisée de l'amour. On voit d'abord Antoine et Christine prendre le petit déjeuner après la nuit qu'ils ont passé ensemble. Dans cette scène apparaît l'écriture, malgré la proximité du couple. Les deux jeunes gens échangent en silence de petits billets, et on comprend qu'Antoine demande ainsi Christine en mariage.

Ce film est basé sur l’instabilité et le thème du provisoire, et cela se voit dès le début, où Antoine est renvoyé de l’armée, jusqu’à la fin quand l’homme qui suit Christine essentiellement met en question le bonheur possible entre elle et Antoine. Baisers volés est suivi par Domicile conjugal et L'amour en fuite, où Jean-Pierre Léaud et Claude Jade sont mariés.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

RécompensesModifier

AnecdotesModifier

Baisers volés doit son titre au refrain de la chanson de Charles Trenet (1942), Que reste-t-il de nos amours (« Bonheur fané, cheveux au vent, Baisers volés, rêves mouvants»), servant de générique au film. Truffaut fait rencontrer à Doinel la femme de sa vie (la rayonnante Claude Jade, qui manque d’épouser le cinéaste) dans Baisers Volés (1968). Tiré d’affaire grâce à son comité de soutien très « people », c’est Henri Langlois qui pousse Truffaut à faire se marier Antoine/Léaud et Christine/Claude Jade dans Domicile Conjugal (1970).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard