FANDOM


Le Mari était là (Otto ga mita 'Onna no kobako' yori 女の小箱」より 夫が見た) est un film japonais réalisé par Yasuzo Masumura, sorti en 1964.

SynopsisModifier

Cadre supérieur carriériste, Kawashiro sacrifie sa vie de famille à la réussite de son entreprise et entretient aussi une relation adultère. Délaissée, sa femme Namiko a un jour une aventure avec Ishizuka, un yakuza enrichi qui cherche à prendre le contrôle de l'entreprise de son mari en rachetant les actions.

Uniquement préoccupé par ses ambitions personnelles, Kawashiro contraint sa femme à avoir une relation avec Omiya pour percer le complot qui se trame. Humiliée, mais toujours dévouée à son mari, Namiko se rend chez son amant.

CritiqueModifier

La première séquence montre Ayako Wakao, actrice fétiche de Masumura, sortant du bain. Elle est nue. Cette nudité est un motif récurrent mais qui, presque immédiatement, achoppe sur les conditions de sa représentation. En effet cette sorte d'érotisme, plus franc ou plus libre, est courant dans le cinéma japonais de cette époque, et Masumura le prend en charge.

Mais chez lui cette prise en charge trouve ses limites. Il ne dépasse jamais les limites que la pudeur, et à n'en pas douter la censure, posent à cette nudité, alors qu'à l'évidence, la possibilité de pouvoir enfin la montrer et l'utiliser comme un élément pleinement significatif et revendicatif le travaille. Les cadrages de cette séquence en témoignent : pieds et mollets, vues de trois quarts dos, etc..., tous cadrages qui morcellent le corps, sans jamais dévoiler ni sexe ni seins, c'est-à-dire sans dévoiler les zones traditionnellement porteuses de cet érotisme. Il n'est pas le seul à cette époque à opérer ainsi sur le mode allusif. Mais ces cadrages révèlent aussi que pour Masumura ces zones-là sont les plus importantes.

Un tel découpage du corps est inopérant tant qu'il n'investit pas ce qu'il montre de la puissance de ce qu'il cache, et continue de rapporter le corps à une vision traditionnelle. Masumura reste ainsi entre deux eaux : d'une part, une volonté évidente de promouvoir un érotisme qui excède le mode allusif ; d'autre part, une incapacité à provoquer pour les dépasser les contraintes d'une censure cinématographique active, bien que plus permissive. Lorsqu'à la fin du film cette incertitude le pousse à amputer le cadre de sa partie gauche de peur de dévoiler un "excès" de nudité, tout son système représentatif est touché.

DistributionModifier

Fiche techniqueModifier

  • Titre original : Otto ga mita 'Onna no kobako' yori 女の小箱」より 夫が見た
  • Réalisation : Yasuzo Masumura
  • Scénario : Tatsuo Nogami , Hajime Takaiwa , d'après le roman de Jyugo Kuroiwa
  • Production : Daiei Studios
  • Producteur : Kazuo Tsukaguchi
  • Musique originale : Tadashi Yamauchi
  • Photographie : Tomohiro Akino
  • Montage : Tatsuji Nakashizu
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 92 minutes
  • Date de sortie : 25 février 1964 (Japon)